Immigration assimilation

> > Immigration assimilation ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 19 novembre 2014

Immigration et assimilation:

Immigration se réfère aujourd’hui, à l’entrée des étrangers dans un pays qui viennent y séjourner ou s’y installer. Le mot de l’immigration vient du latin ‘’migratio’’ qui signifie «passage d’un endroit à un autre.”

Qu’est-ce qu’un immigré?

C’est quelqu’un qui est né de parents immigrants à l’étranger et les étrangers résidant sur le territoire d’un pays dit pays d’accueil. Certains immigrants devenus citoyens du pays d’accueil par acquisition de la nationalité de ce pays, les autres sont des étrangers. Chaque immigrant n’est pas nécessairement un étranger, et vice versa .La qualité d’un immigrant est permanente: une personne continue à appartenir à la population immigrée même s’il devient naturalisé par acquisition. Cependant, on parle souvent d’immigrés de la deuxième ou troisième génération pour désigner les enfants dont les parents ou les grands-parents sont des immigrants. Pour ceux qui étaient nés en pays d’accueil, est un terme impropre. Les enfants d’immigrants peuvent être des étrangers, mais seulement, s’ils choisissent de conserver la nationalité d’origine de leurs parents.

Avant l’avènement des méthodes modernes de transport (train, voiture, avion, etc.), les migrations étaient principalement régionaux, les registres paroissiaux en France de l’antiquité montrent que l’origine des immigrants de chaque petit village ne vont pas au-delà d’un rayon de quinze kilomètres. Le mode de vie sédentaire impose généralement un territoire avec un rayon de 7 km: jusqu’au début du XIXe siècle une grande partie de la population, dont le seul mode de transport était la marche, la vie était entièrement limitée dans cet espace. Les produits du commerce sont ensuite progressivement ramenés du plus loin, 90% des produits sont disponibles dans les 7 km. Cette proximité est également la base des premières divisions politiques en France. Dans la fin du XVIIIe siècle, la division française du territoire est basée sur la distance parcourue par une personne en un jour. À l’époque, on parlait même d’un immigrant quand une personne est venu du village voisin le plus proche, les mariages inter-villages sont ainsi si impopulaires!

Qu’est-ce que l’immigration?:

L’immigration est le fait de s’installer dans un pays étranger avec l’intention d’y rester. Le cadre japonais qui vient de travailler pendant quelques années chez Toyota Belgique, mais avec un plan de retour au Japon n’est pas un immigrant. L’Union européenne est destiné à devenir un État supranational, et revendique une citoyenneté européenne, cependant un italien ou un suédois établis en Belgique doit être considéré comme un immigrant. En tout temps, le monde a connu des mouvements de population, les raisons ont été principalement d’ordre économique.

Les raisons de l’immigration:

Pour les migrants, la migration peut avoir une ou plusieurs raisons:

Professionnelles (mission de longue durée à l’étranger) et études;

Politiques (la persécution des réfugiés politiques fuyant notamment en cas de guerre dans le pays d’origine);

Economiques (vivant dans les pays pauvres venant à la recherche de meilleures conditions de vie dans les pays riches, éventuellement temporairement);

Personnelles (volonté de s’installer dans un pays par choix, par exemple si l’on se reconnaît dans ses valeurs) ;

Familiales (rejoindre le conjoint, l’enfant qui y est déjà installé);

Fiscales (installation dans un pays ayant un faible niveau d’imposition);

Pour les États, l’immigration est un moyen pour faire face à un déficit des naissances ou pour pouvoir fournir une quantité et/ou une qualité des effectifs suffisants. Toutefois, l’immigration illégale va au-delà de la volonté du pays d’arrivée. Aujourd’hui, les flux migratoires sont dirigés à la fois des pays en développement vers les pays développés comme entre des pays développés. Le plus haut taux de travailleurs immigrés dans la population active se trouve dans les pays du Golfe: 90% dans les Émirats arabes unis, le Qatar 86%, 82% au Koweït. Un migrant peut ne pas être en règle en vertu de la loi sur l’immigration en vigueur dans le pays de destination, on parle alors de l’immigration illégale.

Informations générales:

Selon le rapport du Secrétaire général des Nations Unies(ONU) concernant l’immigration et le développement international, présenté en 2006, le monde comptait près de 200 millions de migrants. Environ un tiers est allé d’un pays en développement vers un autre et un autre tiers d’un pays en développement vers un autre pays développé.

L’immigration légale et l’immigration clandestine:

L’immigration clandestine, souvent cela concerne des personnes originaires de pays pauvres en quête d’une vie meilleure dans les pays riches présentant des particularités démographiques, où des immigrés politiques ne sont pas reconnus. L’immigration clandestine est illégale alors que les immigrés clandestins prennent souvent des risques importants qui mettent leur vie en danger pour atteindre les pays où les conditions de vie qu’ils s’attendent sont meilleures. Ils n’hésitent pas à tout abandonner pour tenter l’aventure souvent «aidés» dans cette affaire par des passeurs malhonnêtes leur faisant payer des prix exorbitants pour leur fournir les moyens de surmonter les obstacles naturels (océans, montagnes, rivières, etc.) Ou humaine (gardes frontières) dans des conditions de sécurité extrêmement précaires.

Qu’est-ce que l’assimilation?:

L’assimilation est le processus par lequel un ensemble d’individus s’intègre dans un nouveau cadre social plus large. Le meilleur indicateur de l’assimilation est la disparition totale des spécificités de ces individus, ce qui implique leur renonciation à leur culture d’origine, donnant le ton de leur caractère et leur atomisation de la société qui les accueille.

L’assimilation, par contre, c’est nier l’affirmation de la diversité culturelle, ethnique ou religieuse et à promouvoir l’intégration des individus au sein de la communauté nationale dans laquelle ils doivent se faire fondre. Contrairement à ce qui est le communautarisme, l’assimilation est compatible avec la démocratie: elle suppose que tous partagent du commun, des valeurs partagées et de s’entendre sur les conditions préalables essentielles pour permettre la réalisation des préférences individuelles en dehors de toute négation de l’autre.

L’assimilation ne se décrète pas. Elle est le résultat de longs processus psychologiques et sociaux qui ne se déroulent pas sans effort et sans répondre à un certain nombre d’exigences. L’intégration et l’assimilation sont avant tout des mesures individuelles: Elles sont liées à la personne qui doit s’intégrer dans la communauté et non pas vice versa. Un processus d’assimilation ne peut pas réussir à préserver à tout prix, la cohésion sociale de la société d’accueil. La cohésion sociale repose principalement sur trois types de relations:

La cohésion sociale est le résultat de l’intériorisation des normes et des valeurs partagées par les individus, par une conscience collective et de contrôle social.

Le lien politique, les relations de domination et le rôle de l’Etat détenant le monopole de la violence légitime.

Le lien économique ne doit pas être négligé: il établit un état de dépendance économique mutuelle grâce à la spécialisation et la division du travail, ce qui profite à la fois à la communauté et à ses membres.

Définition de l’assimilation:

Etymologiquement le terme « assimilation  » vient du latin assimulatio, qui veut dire similitude, ressemblance, la comparaison, de similis, tels que  : l’assimilation est l’action d’assimiler, ou de sortir comme similaires

En sociologie, l’assimilation est le processus qui permet à un étranger ou à une minorité de s’intégrer dans un groupe social plus large en adoptant ses caractéristiques culturelles. L’assimilation culturelle est généralement accompagnée par l’adoption de la langue, l’adhésion au système de valeurs du groupe dominant et quitter son mode traditionnel de vie. L’assimilation peut être choisie, comme elle pourra être le résultat d’une politique délibérée, comme dans le cas d’un pays colonisateur qui souhaitent assimiler un peuple colonisé.

Assimilation, intégration ou insertion?:

Ces trois mots ne sont pas neutres et reposent sur des philosophies politiques (très) différentes. Assimilation se définit comme l’adhésion de l’ensemble des membres des immigrants aux normes de la société d’accueil, l’expression socioculturelle de leur identité d’origine est confinée au sphère du secteur privé. Dans le processus d’assimilation, l’obtention de la citoyenneté, conçue comme un engagement “sans retour” est d’une importance primordiale.

L’intégration exprime davantage une dynamique d’échange dans lequel chacun accepte de faire partie de quelque chose où le respect des règles de fonctionnement et les valeurs de la société d’accueil, en respectant ce qui fait l’unité et l’intégrité de la communauté et ne font pas obstacle au maintien des différences.

Le processus d’insertion est moins marqué. Tout en étant reconnu comme faisant partie de la société d’accueil, l’étranger conserve son identité d’origine, ses caractéristiques culturelles sont reconnues, elles ne sont pas considérées comme un obstacle à l’intégration, car il respecte les règles et les valeurs de la société d’accueil.

Vidéo: Immigration assimilation

← Article précédent: Émotion amour Article suivant: L’anorexie du nourrisson


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site