Sentiments et moralité des foules : Exagération et simplisme des sentiments des foules

> > Sentiments et moralité des foules : Exagération et simplisme des sentiments des foules ; écrit le: 7 mars 2012 par chayma modifié le 18 novembre 2014

Les sentiments, bons ou mauvais, manifestés par une foule, présentent ce double caractère d’être très simples et très exagérés. Sur ce point, comme sur tant d’autres, l’individu en foule se rapproche des êtres primitifs. Inaccessible aux nuances, il voit les choses en bloc et ne connaît pas les transitions. Dans la foule, l’exagération d’un sentiment est fortifiée par le fait que, se propageant très vite par voie de suggestion et de contagion, l’approbation dont il devient l’objet accroît considérablement sa force.

La simplicité et l’exagération des sentiments des foules les préservent du doute et de l’incertitude. Comme les femmes, elles vont tout de suite aux extrêmes. Le soupçon énoncé se transforme aussitôt en évidence indiscutable. Un commencement d’antipathie ou de désapprobation, qui, chez l’individu isolé, resterait peu accentué, devient aussitôt une haine féroce chez l’individu en foule.

La violence des sentiments des foules est encore exagérée, dans les foules hétérogènes surtout, par l’absence de responsabilité. La certitude de l’impunité, d’autant plus forte que la foule est plus nombreuse et la notion d’un pouvoir momentané considérable dû au nombre, rendent possibles à la collectivité des sentiments et des actes impossibles à l’individu isolé. Dans les foules, l’imbécile, l’ignorant et l’envieux sont libérés du sentiment de leur nullité et de leur impuissance, que remplace la notion d’une force brutale, passagère, mais immense.

L’exagération, chez les foules, porte malheureusement souvent sur de mauvais sentiments, reliquat atavique des instincts de l’homme primitif, que la crainte du châtiment oblige l’individu isolé et responsable à refréner. Ainsi s’explique la facilité des foules à se porter aux pires excès.

Habilement suggestionnées, les foules deviennent capables d’héroïsme et de dévouement. Elles en sont même beaucoup plus capables que l’individu isolé. Nous aurons bientôt occasion de revenir sur ce point en étudiant la moralité des foules.

La foule n’étant impressionnée que par des sentiments excessifs, l’orateur qui veut la séduire doit abuser des affirmations violentes. Exagérer, affirmer, répéter, et ne jamais tenter de rien démontrer par un raisonnement, sont les procédés d’argumentation familiers aux orateurs des réunions populaires.

La foule réclame encore la même exagération dans les sentiments de ses héros. Leurs qualités et leurs vertus apparentes doivent toujours être amplifiées. Au théâtre, la foule exige du héros de la pièce des vertus, un courage, une moralité, qui ne sont jamais pratiqués dans la vie.

On a parlé avec raison de l’optique spéciale du théâtre. Il en existe une, sans doute, mais ses règles sont le plus souvent sans parenté avec le bon sens et la logique. L’art de parler aux foules est d’ordre inférieur, mais exige des aptitudes toutes spéciales. On s’explique mal parfois à la lecture le succès de certaines pièces. Les directeurs des théâtres, quand ils les reçoivent, sont eux-mêmes généralement très incertains de la réussite, car pour juger, il leur faudrait se transformer en foule.

Si nous pouvions entrer dans les développements, il serait facile de montrer encore l’influence prépondérante de la race. La pièce de théâtre qui enthousiasme la foule dans un pays reste parfois sans aucun succès dans un autre ou n’obtient qu’un succès d’estime et de convention, parce qu’elle ne met pas en jeu des ressorts capables de soulever son nouveau public.

Inutile d’ajouter que l’exagération des foules porte seulement sur les sentiments, et en aucune façon sur l’intelligence. Par le fait seul que l’individu est en foule, son niveau intellectuel, je l’ai déjà montré, baisse considérablement. M. Tarde l’a également constaté en opérant ses recherches sur les crimes des foules. C’est donc uniquement dans l’ordre sentimental que les foules peuvent monter très haut ou descendre, au contraire, très bas.

Vidéo : Sentiments et moralité des foules : Exagération et simplisme des sentiments des foules

← Article précédent: Suggestibilité et crédulité des foules Article suivant: La révolte des peuples


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site