Psychologie de la motivation

> > Psychologie de la motivation ; écrit le: 21 novembre 2011 par La rédaction

La psychologie de la motivation Introduction

L’homme a développé à travers les décennies un outil remarquable qui est l’esprit . Cette faculté lui permet de rechercher une satisfaction, en conformité avec toutes les formes de vie . Cette lucidité et esprit qu’a l’homme crée un processus générant un nombre de besoins et désires qui sont plus ou moins réalisables et sensés. La pré-satisfaction imaginative élimine les obstacles réels, dévoyant ainsi la fonction positive de l’imagination et générant ainsi une forme de force connue sous le nom de motivation .

La motivation se trouve à l’intérieur de chacun de nous et c’est d’ailleurs ce qui règle notre engagement pour une activité précise.

D’un autre coté ,on peut dire que la vanité humaine est à l’origine de l’aveuglement sur les promesses quant à la satisfaction des désirs.

La vanité se manifeste de façon principale par la survalorisation et la sous-valorisation de soi-même, des autres et de la vie. La disharmonie intérieure qui en résulte génère angoisse et souffrance, échecs et violences. La vanité est une faiblesse inhérente à la nature humaine et englobe des formes extrêmement pernicieuses et changeantes, produisant les fausses motivations.

Ces fausses motivations sont les prétextes qu’utilise une personne pour justifier un mal qui l’accable , une bonne raison selon lui pour fuir la réalité .

Les évasions concerne généralement les trois pulsions, matérielle, sexuelle, et spirituelle.

On peut distinguer quatre catégories de fausse motivation générant de fausses justifications:

  • La vanité (surestime de soi)
  • La culpabilité excessive (sous estime de soi)
  • L’accusation (sous estime de l’autre)
  • La sentimentalité (surestime de l’autre).

Évasions et fausses justifications sont ainsi décelables par la méthode introspective établie par Paul Diel.

Deux déformations psychiques peuvent naitre en résultat des évasions et des fausses justifications

-la nervosité

La nervosité est essentiellement une crispation du sujet sur un “idéal de vie” qui se fait et qui dépasse toutes possibilités pour ses capacités réelles.

Le nerveux s’impose un perfectionnisme irréprochable et un projet d’accomplissement exceptionnel ; il reste crispé dans une attitude moralisante conduisant en réalité à des échecs. La nervosité peut s’aggraver en névrose.

-la banalisation

Ce trait présente la dispersion du sujet dans des désirs multiples et poursuite effrénée de pseudo-satisfactions extérieures matérielles et sexuelles conduisant par besoin de justification à la destruction de la culpabilité authentique.

Si la nervosité est la maladie de l’esprit, la banalisation est la mort de l’âme, une menace pour la culture et la civilisation. Ce terme est créé par Diel. Mais, qu’il s’agisse de banalisation conventionnelle (faire comme tout le monde), de banalisation titanesque (dominer les autres à tout prix) ou de banalisation dionysiaque (débauche de tous les désirs), cet état ne conduit qu’à la perte de l’élan et aux conflits familiaux et sociaux.

En général:

Dans la psychologie de la motivation il faut prendre conscience que chacun a des motivations ,intérêts et des stratégies différentes. Pour mener une motivation du simple sentiment à la concrétisation il est important de clarifier les objectifs et la situation puis de transformer les contraintes en informations.

Les divers sentiments qui sont motivant pour la plupart d’entre nous, sont issus d’un besoin orienté vers un accomplissement qui v dns la durée ou qui est répétitif .

← Article précédent: Vie de couple et infidélité Article suivant: Stress au quotidien comment le combattre


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site