Psychologie corrélation

> > Psychologie corrélation ; écrit le: 12 janvier 2012 par Hela

Lien existant entre deux ou plusieurs classes de faits (événements) ordon nables sans subordination des unes aux autres, donc sans lien de causalité a priori. Le meilleur exemple reste celui de la taille et du poids, dont il est certain qu’ils sont liés (en corrélation), sans que l’un soit la cause de l’autre car l’individu qui maigrit ne rapetisse pas pour autant, comme I individu qui grandit ne grossit pas obligatoirement. La force de lien peut varier et être exprimée mathématiquement par le calcul d’un coefficient de corrélation (r), dont la valeur peut être comprise entre [- 1 ; 1] : 1 exprimant la plus forte corrélation positive possible (deux classes de faits évoluent strictement dans le même sens l’une avec l’autre-plus il y ‘a d’A, plus il y’a de В), – 1 la plus forte corrélation négative possible (les classes de faits évoluent strictement l’une avec l’autre, mais dans un sens inverse plus il y a de A, moins il y a de B) et 0 l’absence totale de lien entre les classes de faits.

← Article précédent: Psychologie coping-stratégies d’ajustement Article suivant: Psychologie corrélation illusoire


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles