/*

Le Rire : Bergson

Vous êtes ici : Accueil » Psychopathologie » Le Rire : Bergson

Le Rire  Bergson

Le rire, il expose une théorie générale du comique qu’il inscrit dans le cadre de la vie sociale et culturelle lui donnant plusieurs formulations et nous fournissant ses différents procédés de fabrication qu’il systématise sous forme de lois. Il évo­quera successivement le comique des formes, gestes, atti­tudes, situations, mots et caractère dont les exemples seront empruntés à la comédie.

Citons d’emblée des passages illustratifs comportant quelques formulations du comique :

« Le comique naîtra quand les hommes réunis en groupe diri­geront tous leur attention sur un d’entre eux, faisant taire leur sensibilité et exerçant leur seule intelligence. Quel est maintenant le point particulier sur lequel devra se diriger leur attention et à quoi s’emploiera ici l’intelligence ? »

« Une certaine raideur de mécanique là où l’on voudrait trou­ver la souplesse attentive et la vivante flexibilité d’une per­sonne. »

« Le vivant comme tel comporte les trois caractères de la durée : continuité variée, progrès irréversible, unité (indivise). »

« Prenons-en le contrepied et nous aurons les procédés de fabrication du risible : la répétition, l’inversion et l’interférence des séries. Ces procédés sont ceux de la mécanisation de la vie. »

« Les attitudes, gestes et mouvements du corps humain sont risibles dans l’exacte mesure où ce corps nous fait penser à une simple mécanique. »

« Tout caractère est comique à la condition d’entendre par caractère ce qu’il y a de tout fait dans notre personne, ce qui est en nous à l’état de mécanisme une fois monté, capable de fonc­tionner automatiquement. »

Après avoir défini les caractéristiques du comique, Bergson lui confère une nature asociale qui appelle sa normalisation ou correction par une sanction se manifes­tant sous la forme d’un geste social, symboliquement agressif ; il s’agit du rire.

Ainsi, selon lui, seraient risibles toutes manifesta­tions de raideurs, automatismes et inadaptations obser­vables chez un sujet et menaçant la vie sociale sans com­promettre la survie.

Le rire, sanction sociale symbolique aurait pour fonc­tion de les réprimer puis de prévenir leurs réapparitions. Il participe au système de contrôle social de toute société, d’une manière plus ou moins prévalente.

« Cettre raideur est le comique et le rire en est le châtiment. »Ce discours sur le rire et le risible est fondateur d’une nouvelle conceptualisation, il s’agit d’une théorie sociale  consacré à l’approche anthropologique.

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié