➔ PSYCHOLOGIE

Psychothérapie comportementale

Vous êtes ici : » » Psychothérapie comportementale ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 17 octobre 2014

Psychothérapie comportementale

L’idée principale qui sous-tend la thérapie comportementale est autant l’homme comportements psychopathologiques sont acquis sur la base des interactions entre l’individu et l’environnement. L’analyse des méthodes d’acquisition et de maintenance de ces lignes peut proposer des méthodes thérapeutiques pour restaurer une relation positive entre l’individu et son environnement.

médecine comportementale a permis de définir le cadre de biofeedback (ou biofeedback) qui permet une auto progressive des fonctions physiologiques perturbées. Cette technique pourrait fonctionner dans un certain nombre de maladies: des crampes de l’écrivain, les céphalées de tension musculaire, des migraines, la maladie de Raynaud, les hommes incontinence fécale ancienne …

principes thérapeutiques

Pour les troubles anxieux, la thérapie comportementale fonctionne grâce à des scénarios et l’exposition à des situations provoquant l’anxiété classés. Par exemple, dans le cas de la phobie des araignées, le patient doit d’abord imaginer une araignée, puis observer des images d’araignées, toucher un bocal où il ya une araignée, et finalement toucher l’araignée. Dans le même temps, il apprend à contrôler les manifestations physiologiques de la peur.

Bien que le succès retentissant forte notamment dans le traitement des troubles anxieux, troubles de l’alimentation et les difficultés sexuelles, les thérapies comportementales ont été plusieurs critiques au sein de la comportementaliste actuelle.Ils ont négligé un élément important de la dimension psychique humain, à savoir l’importance du lien entre les pensées et les émotions, et l’impact qu’ils ont sur behavior.Moreover, pour les théoriciens du behaviorisme à l’image de Watson, le cerveau est encore considéré comme une boîte noire (déshumanisé) qu’il n’y avait pas besoin d’accéder à seulement compté les stimuli, des réponses et des conséquences de celle-ci sur l’organisme et son environnement.



La thérapie cognitive travaille sur l’esprit du patient avec une distorsion cognitive (par exemple, la peur excessive d’être contaminé par une maladie peut être combattue avec des informations sur la maladie en question et l’évaluation des risques réels).

Les thérapies cognitives, en particulier après les travaux de Beck, est apparue comme un complément nécessaire à l’approche purement comportementale, mettant l’accent sur l’importance des modes de pensée préconscient chez l’homme et comment les modèles peuvent générer des dysfonctionnements et / ou de maintenir des divers troubles mentaux. La thérapie cognitive ne diffère pas dans sa méthodologie de la thérapie comportementale se pliant aux exigences de l’efficacité et l’évaluation statistique.Succès dans le traitement de la dépression par des techniques cognitives ont fait naître l’espoir que d’autres maladies pourraient bénéficier de ce type d’approche et maintenant de nombreux chercheurs travaillent à appliquer cette approche dans une plus large registre pathologique, y compris troubles de l’humeur, des états anxieux, troubles de la personnalité et la psychose.

Dans la pratique, les psychothérapeutes formés à ces techniques, qui ne sont pas nécessairement des médecins ou des psychologues, mélanger et approches cognitivo-comportementales dans un plan de traitement unique en vue d’améliorer l’efficacité, ce qui signifie que nous avons généralement parler de thérapie cognitivo-comportementale (TCC) pour décrire cette approche thérapeutique.

Cours de la thérapie

CTC sont ‘thérapie active’: le psychothérapeute ne se contente pas écouter le patient, mais partageant avec lui l’information, il offre technique, recettes, etc.

Ces techniques comprennent l’exposition (en imagination, thérapie par réalité virtuelle ou in vivo), la relaxation, l’élaboration de la modélisation, la restructuration cognitive …

-Quantitatif: Pour percevoir l’évolution des difficultés du patient pendant le traitement doit être préalablement mesurée.Par exemple une personne ayant un trouble obsessionnel compulsif (TOC) est terminé, le thérapeute va évaluer la personne avec le temps passé sous la douche, et d’autres indicateurs qui aideront à établir une base de patients TOC. Plusieurs échelles cliniques sont disponibles pour le thérapeute.

Exemple techniques et la présentation

Particulièrement efficace dans les troubles anxieux, les techniques basées sur l’exposition sont les mieux connus. Ils sont basés sur un mécanisme d’habituation. Il s’agit d’amener le patient à l’expérience d’une réduction de son inquiétude au problème de stimulation d’autres que l’évitement. En effet éviter soulage l’anxiété à court terme, mais elle renforce à long terme. Cette exposition est généralement gradual.For exemple, dans le cas de l’arachnophobie, l’analyse de la maladie (appelé analyse fonctionnelle) permettra au patient d’établir une hiérarchie avec des stimuli plus en plus qui peuvent causer de l’anxiété. Ces stimuli et leur classement varie d’un patient. Ainsi, le premier stimulus pour laquelle un patient sera exposé à garder avec lui un papier sur lequel est écrit le mot ‘araignée’ et ensuite regarder des photos d’araignées, etc., Tandis que pour un autre patient le stimulus le plus bas de la hiérarchie, que est pour le moins anxiogène, se penchera araignées faux et vrai araignées dans un pot, etc.Ces expositions sont les stimuli avec la pleine coopération du patient dans un contrat thérapeutique.

Bien que les techniques d’exposition de grande envergure ne sont pas couramment utilisés dans le cadre du TBI. Et quand ils sont, ils ont presque toujours accompagné par une approche psycho-éducative à l’information du patient sur le mécanisme de son anxiété (à partir de l’analyse fonctionnelle) et ‘décatastropher’ stimulus.In effrayant l’exemple ci-dessus, il étudiera avec les représentations du patient sur araignées, de donner, si nécessaire, des informations objectives sur l’absence de danger qu’elles représentent, leur mode de vie, etc.

En outre, la TCC peut également intégrer des exercices de relaxation, la régulation émotionnelle et la maîtrise de soi. Ces exercices vont, par exemple, par des techniques physiologiques (travail respiratoire), (jeu de rôle) comportementale ou cognitive (inondations, la prévention de la réponse, la restructuration cognitive, etc ..

Psychanalyse et TCC

psychothérapie cognitivo-comportementale Contrairement lapsychopathologie ne conçois pas le symptôme dans le cadre de l’inconscient psychanalytique, la sexualité infantile et de transfert. Si ils ont besoin pour intégrer la recherche à travers les cognitions et les émotions des aspects subjectifs du patient de son histoire, cette considération est de les corriger pour changer le comportement et la conduite.Le champ d’application de l’herméneutique que l’intégration est limitée, contrairement à la tentative psychanalytique approach.Cognitive-comportementale pour calculer leurs modèles théoriques expliquant la formation des symptômes de lois de l’apprentissage.

Chaque traitement commence par une analyse détaillée du comportement afin de parvenir à une hypothèse quantifiés sur la façon dont le symptôme a été formé et les conséquences qui en découlent. La thérapie utilise des techniques appropriées validé et reproductible d’un patient à l’autre. Tout au long de la thérapie, le patient est évalué à chaque étape et l’hypothèse initiale de nouveau examinée. Le succès de la thérapie est idéalement dans la disparition du symptôme et son impact sur la vie du patient.

Ces différences n’ont pas empêché certains psychanalystes intéressés par TCC, qui Dollard Beck et certains comportementalistes de renvoyer certains patients sur le divan. Un support triple (‘tri-focale»), combinant la TCC, analyse des besoins et de la pratique psychiatrique est une face commune avec des troubles obsessionnels compulsifs.

← Article précédent: Psychotherapie couple Article suivant: Psychothérapie de couple

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles