Poem d’amour

> > Poem d’amour ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 9 février 2015

Poème d’amour

Poème unique et expression de romance ou d’affection du monde en france, plains de poésie, déclaration et phrase sur l’amour, l’amitié et l’existence . .

Edgar Allan Poe (Boston 19 Janvier 1809 – Baltimore, Octobre 7, 1849) est un poète, romancier, nouvelliste, critique littéraire, dramaturge et éditeur américain et l’une des principales figures du romantisme américain. Connu surtout pour ses histoires – comme la brièveté qui lui permet de développer sa théorie de l’effet, selon laquelle tous les éléments du texte doivent permettre d’atteindre un effet unique – il lui a donné la nouvelle noblesse lettres et est considéré comme l’inventeur du roman policier . Plusieurs de ses histoires préfigurent les genres de la science-fiction et de fantasy.

Né à Boston, Poe a perdu ses parents dans son enfance, il a été recueilli par John et Frances Allan de Richmond, en Virginie, où il passe la plupart de ses premières années, sauf pour un séjour en Angleterre et en Ecosse, dans une relative facilité. Après un bref passage à l’Université de Virginie et de tentative de carrière militaire, Poe quitte Allan.His carrière littéraire débute humblement par la publication anonyme d’un recueil de poèmes intitulé Tamerlan et autres poèmes (1827), signé seulement «par un Bostonien». Poe s’installe à Baltimore, où il vit avec sa famille paternelle et abandonne un peu de poésie à la prose.En Juillet 1835, il devint rédacteur en chef-adjoint à la Southern Literary Messenger de Richmond, où il a aidé les abonnements augmenter et commence à développer son propre style de la critique littéraire. La même année, il épouse Virginia Clemm, sa cousine, âgée de 13 ans.

Après l’échec de son roman Les Aventures d’Arthur Gordon Pym, Poe a fait son premier recueil de nouvelles, Tales of the Grotesque et Arabesque en 1839. La même année, il devint rédacteur en chef de Burton’s Gentleman’s Magazine et Graham’s Magazine à Philadelphie. Est-ce que beaucoup d’œuvres les plus connues de Philadelphie ont été publiés. Dans cette ville, Poe a également prévu la création de son propre journal, The Penn (plus tard rebaptisé The Stylus), qui ne verra jamais le day.In Février 1844, il s’installe à New York où il a travaillé au Journal Broadway, un magazine qui a finalement devient l’unique propriétaire.

En Janvier 1845, Poe publie The Raven, qui a été un succès immédiat. Mais deux ans plus tard, son épouse Virginia meurt de la tuberculose Janvier 30, 1847. Poe projette de se remarier, mais aucun projet ne sera réalisé. Le 7 Octobre 1849, Poe meurt à l’âge de 40 ans à Baltimore. Les causes de décès n’a pu être déterminée et ont été diversement attribués à l’alcool, les drogues, le choléra, la rage, maladie cardiaque, un accident vasculaire cérébral, etc.

influence de Poe a été et reste importante, comme les États-Unis dans le monde entier, non seulement dans la littérature mais aussi dans d’autres domaines artistiques comme le cinéma et la musique, ou dans des domaines scientifiques. auteur américain, il ne fait pas exception au proverbe qui dit que nul n’est prophète en son pays car il a été reconnu et défendu par des auteurs français, Baudelaire et Mallarmé en tête. La critique contemporaine est l’un des écrivains les plus remarquables de la littérature américaine du XIXe siècle.

maisons en conserve

Les plus anciennes maisons existantes où Poe a vécu est situé à Baltimore. Il est conservé en tant que Poe Musée Edgar Allan. Poe est censé avoir vécu dans cette maison depuis 23 ans, quand il s’installe d’abord avec Maria Clemm et Virginia, ainsi que sa grand-mère et, peut-être, son frère William Henry Leonard Poe. Il est ouvert au public, ainsi que le siège d’Edgar Allan Poe Society.

Poe, son épouse Virginia et sa belle-mère Maria ont ensuite loué plusieurs maisons à Philadelphie, mais seule la dernière de ces maisons sont encore standing.Spring maison jardin, où l’auteur a vécu 1843-1844, est actuellement conservé par le National Park Service comme un historique national Edgar Allan Poe du site.Il est situé entre 7th Street et Spring Garden Street et est ouverte du mercredi au dimanche 9:00-17h00.

La plus ancienne maison de Richmond appelé «Virginia», où Poe a vécu, est aujourd’hui le siège d’un Musée Edgar Allan Poe, qui se concentre sur les premières années de l’écrivain avec la famille Allan.

Travaux

L’ambition d’Edgar Allan Poe était de créer une littérature nationale. En effet, à cette époque, l’influence européenne est très répandue et la production du vieux continent ont afflué vers les Etats-Unis dont la littérature – à l’exception de Washington Irving et James Fenimore Cooper – qui ne brillait à travers ses histoires d’horreur – l’auteur le plus important étant quand Charles Brockden Brown – et son histoire d’amour novels.As telle, son travail de critique littéraire a été marquée par une véritable demande de la qualité, ainsi que la dénonciation des installations et le plagiat. Longfellow a été le plus célèbre de ses victimes, il n’a jamais répondu à ses accusations, que ses amis querelle a été un plaisir, en réponse à la calomnie Poe dans les cercles littéraires à New York.

Poe a laissé importants écrits théoriques, influencés en août Wilhelm Schlegel et Coleridge, qui peut donner un sens à son travail.Ses pensées retourner à son littéraires conceptions cosmogoniques. Dans Eureka, il explique que l’univers à l’origine a été marquée par l’unicité. Il a ensuite fait irruption dans quelque chose qui pourrait se rapprocher de la théorie du Big Bang, mais il aspire à retrouver son unité. De même, dans la littérature, l’unité doit l’emporter sur toute autre considération. D’où la théorie de l’effet unique qui se développe dans la composition de la philosophie (traduit par Baudelaire comme la Genèse d’un poème): le but ultime de l’art est esthétique, c’est-à-dire l’effet qu’elle crée dans la reader.However, cet effet peut être maintenue que pendant une courte période (le temps nécessaire pour lire un poème lyrique, l’exécution d’un jeu, l’observation d’une table, etc.). Pour lui, si l’épopée a une valeur, c’est qu’elle consiste en une série de petites pièces, chacune faisant face à un seul effet ou le sentiment, qui «élève l’âme.’ Il combine l’esthétique de l’art dans l’idéalité pure affirmant que l’humeur ou un sentiment créé par une œuvre d’art élève l’âme et, par conséquent, une expérience spirituelle. Le poème, une histoire, le roman qui doit tendre vers elle, et toute digression doit être rejeté. De même, le roman d’idées, où l’intrigue est entrecoupée de dissertations sur un sujet particulier est découragée.Adversaire du didactisme, Poe fait valoir dans sa critique littéraire, que l’instruction morale ou éthique appartient à un univers différent du monde de la poésie et l’art, qui devrait se concentrer exclusivement sur la production d’une belle œuvre d’art.

L’univers, dit-il, est un poème de Dieu, c’est-à-dire qu’il est parfait. Mais l’homme, aveugle aux œuvres de Dieu, ne voyez pas cette perfection. Il est le poète, qui a l’intuition de cette perfection, grâce à son imagination créatrice de la faire connaître à l’humanité. Mais certains poètes mégalomanes, guidés par ce que les Grecs anciens appelaient hubris, au lieu d’admettre l’impossibilité de l’imitation parfaite de l’intrigue de Dieu par l’homme, fera semblant de concurrence sacrilège. Marqué pas de l’imagination créatrice, mais par l’imagination – un fantasme délirant erreur de réglage, l’illusion – qu’ils ne voient pas la perfection de la création divine; aveuglé leur esprit interprète le monde en fonction de leur cœur, leur propre crise interne, ils sont condamnés à néant par leur ambition prométhéenne. Dans la première catégorie comprennent le chevalier Auguste Dupin (Double assassinat dans la rue Morgue, Le Mystère de Marie Roget et La Lettre volée), William Legrand (Le Scarabée d’or) ou le baron von Jung Ritzner (spoofing).De même, dans certains contes, l’illusion est révélée par une fièvre relative au narrateur qui a fui une épidémie de choléra dans Le Sphinx, avec des lunettes qui offre le narrateur myope dans les spectacles, en révélant les causes psychosomatiques de la sorte de catalepsie dont souffre le narrateur dans L’Enterrement prématuré. Dans la deuxième catégorie, la figure la plus remarquable est Roderick Usher, dont la maligne influence ‘contamine’ les yeux du narrateur et le voir comme des phénomènes surnaturels qui ont, en fait, une explication rationnelle (Poe habilement diffusion des indices de cette explication dans le texte).

Dans La Lettre volée (en anglais, La Lettre volée), Edgar Poe imagine une histoire où un certain «D.» (Peut-être un frère du héros, le chevalier Auguste Dupin, comme le suggère la citation de la tragédie d’Atrée et Thyeste Crébillon père: ‘Un destin si funeste, / S’il est digne d’Atrée, est digne de Thyeste.’) vole une dame dans une lettre compromettante quality.To cacher de la police, qui surveillent ses allers-retours et fouillé son hôtel pendant son absence , il met bien en évidence dans un tableau sur le mur. Les policiers aveugle dans l’esprit médiocre, renvoie à l’aveuglement des hommes, incapables de saisir la perfection de l’intrigue de Dieu. Quant à «D.’Poe décrit comme dominée par la fantaisie, à la différence du chevalier Dupin, qui a finalement gagné grâce à son imagination créatrice.

Le récit de Poe, est marquée par la polysémie, comme en témoignent les nombreux jeux de mots dans les textes dans les textes comme une comédie tragique. Le narrateur, qui ont déclaré le plus souvent par des lectures négatives (la littérature fantastique en allemand, romans gothiques, ésotériques, métaphysiques), décrit une histoire déformée par son imagination, il ne sait pas son écriture, dans lequel plusieurs indices permettent de saisir la réalité sous-jacente.

Nombre d’histoires d’Edgar Allan Poe, principalement ceux qui ont été inclus dans les Contes de l’in-folio, ils sont les tragiques ou comiques, appartiennent à inscrire fins parody.Its est de démontrer l’incompatibilité de la fausse gloire de son temps, dont seule une peu ont échappé à l’oubli. Ainsi, Metzengerstein imite les horreurs inventées dans les romans gothiques, comme Le Château d’Otrante d’Horace Walpole et Elixirs du Diable de ETA Hoffmann. L’histoire est basée sur la croyance en la transmigration des âmes, dont Edgar Poe a toujours manifesté un profond mépris pour lui et rapporté à la folie. Dans Le duc de l’omelette, il se moque des maniérismes et du style affecté par Nathaniel Parker Willis.Un événement à Jérusalem, qui intègre un roman de Horace Smith, Zilhah, un conte de la ville sainte (1829), il se moque de la romantique de l’orientalisme. Quant à Manuscrit trouvé dans une bouteille, il est un pastiche des récits de voyage. De même, des histoires comme Bérénice se moquer des excès qui ont été revues engagées à l’époque. Roi Peste, de son côté, démonte les mécanismes du roman Vivian Grey (1826), une histoire pleine d’imagination débridée, à travers lequel, non sans incongruité, Benjamin Disraeli entendaient dénoncer drunkenness.Similarly, dans Comment écrire un article à la Blackwood ‘ »et une satire Predicament, dénonçant l’absurdité des histoires à sensation, qui fit la fortune du Blackwood’s Magazine, célèbre Revue d’Edimbourg. Comme pour l’héroïne, Psyché Zenobia, une femme de lettres américaine, un «bas-bleu», Margaret Fuller, dont les sympathies pour les transcendantalistes ont suffi pour embêter Poe.

Plus généralement, quand les nouvelles ne suis pas venu apporter un sujet, il a attiré assez souvent dans ses nombreuses lectures (que favorisait son travail de critique littéraire) pour concevoir et construire ses œuvres de fiction. Ainsi, Hop Frog est inspiré par l’accident arrivé à Charles VI à la boule de feu, tel que décrit dans les Chroniques de Jean Froissart.De même, William Wilson est directement inspirée de l’intrigue d’un poème dramatique que Byron aurait eu l’intention d’écrire, dont Washington Irving avait révélé le contenu de la donation en 1836. Nathaniel Hawthorne lui-même avait utilisé ce matériau pour écrire Masquerade.He Howe a aussi attiré par son histoire La Barrique d’amontillado, La Grande Bretèche d’Honoré de Balzac.

Il pourrait également faire appel, comme tout écrivain, dans son expérience personnelle. Ainsi, un matin sur Wissahicon, où il se déplace rapidement loin de la simple transcription de souvenirs pour se livrer à la contemplation de la nature, et ému de penser à la modification des paysages créés par les humains, et plus largement sur la relation entre l’industrie de l’homme et de la beauté (son description de perdre tout réalisme pour basculer vers le rêve et offrir un regard fugace d’une vision céleste), raconte d’abord une promenade qu’il a faite dans Mom Rinker Rock et a rencontré un cerf apprivoisé.

Postérité

Poe est un écrivain prolifique, laissant deux romans, de nombreuses histoires et poèmes, en plus des essais, des critiques littéraires et son abondante correspondance. Une partie importante de ses récits et poèmes ont été traduits en français par Charles Baudelaire et Stéphane Mallarmé.Avec une haute qualité des traductions littéraires comprennent ceux-ci, toutefois, certaines erreurs et des libertés avec l’original, la compréhension, parfois graves, de la pensée de Poe. Si les poèmes ont été l’objet de retraductions, le rôle joué par Baudelaire dans la gloire de Poe en Europe empêché tout travail dans cette direction, et que les textes qu’il a laissés ont été plus de traductions récentes. Il ya plusieurs histoires et des poèmes de Poe disponible gratuitement sur le web.

Pendant longtemps, l’image d’Edgar Allan Poe a été tronqué, il est encore une grande partie du public. Poe a été la victime d’un pasteur baptiste bien intentionnés, également écrivain jaloux, Rufus Griswold (1815-1857) – le ‘vampire des enseignants» selon les mots de Baudelaire – qui était déterminé à détruire son image. 9 Octobre 1849, déjà, il écrivait dans le New York Tribune: «Edgar Allan Poe est mort Il est mort à Baltimore avant-hier Cette annonce surprise, mais peu seront attristés .(…) L’art littéraire a.. perdu un de ses plus brillants et les célébrités les plus bizarres.’Par la suite, chargé avec James Russell Lowell et Nathaniel Parker Willis pour assurer l’édition posthume des œuvres de Poe, il a écrit une biographie publiée à la tête du troisième volume,« un chef-d’œuvre d’ambiguïté évocateur, fausses nouvelles de nature, se cache, l’imagination magnifiquement joué »par Claude Richard. Il a affirmé qu’il était alcoolique et, malheureusement, c’est-à-dire une victime de déséquilibre mental, et ce fut un sinistre personnage qui avait« des éclairs de génie. ‘Histoires il avait longtemps forgées à chaud seulement droit à la citoyenneté, malgré les protestations des amis de Poe (Sarah Helen Whitman, John Neal, George Graham, George W. Peck, Mme Nichols et Mme Weiss). Merci pour le travail de John Henry Ingram (1880), James A. Harrison (1902) Arthur Hobson Quinn et (1941) que la vérité sur le travail de l’écrivain a été relancé avec la publication en 1902, les œuvres complètes de Poe, a déclaré Virginia Edition, qui comprend dix-sept volumes.

Même en France, où ses œuvres ont été très largement rapporté plus tôt, en grande partie grâce aux efforts de Charles Baudelaire, de nombreuses études montrent une large incompréhension de la poétesse américaine.A part des légendes qui ont également été trafic transmis par Baudelaire lui-même, qui se reconnaît dans cette image de l’écrivain hanté et misérable et l’a présenté trop fortement comme le parangon des poètes maudits et de soufre. Même si les histoires colportées largement dénoncée par Rufus Griswold (y compris celui de l’alcoolisme de Poe), rappelant que, selon plusieurs témoins, il avait l’habitude buvait très peu, il décrit ce alcoolisme supposé comme «un moyen mnémotechnique, méthode de travail. De même, il attribue son penchant pour les drogues propres.

Plus tard, en 1933, Marie Bonaparte a donné lieu à une importante étude de la psychanalyse, qui est souvent citée comme une des principales critiques de Poe et son œuvre, et a eu une grande influence sur la réception de l’œuvre de Poe, serait seulement en raison de son analyse de Poe textes suivants le prisme de la psychanalyse freudienne. Cela dit, de nombreux critiques considèrent son travail comme tout à fait contestable dans sa manière de reproduire et d’amplifier certaines légendes porté par Griswold. Par exemple, il indique que Edgar Allan Poe aurait vu dans son enfance, ses parents faire l’amour, en déduisant de cette complexes événement qui témoigne, dit-elle, ses textes.Influencé par les légendes répétées à volonté depuis Griswold, Poe se présentant comme un être névrosé, alcoolique toxicomane, marquée par le destin, elle est parmi les analystes qui pensent que Poe a écrit une œuvre largement autobiographique, transcrire sur le papier ses propres terreurs. Pour ce faire, si elle corrige quelques erreurs dans la traduction de Baudelaire, elle se livre à certaines souches, pour justifier sa statement.Thus, la phrase: ‘Si dans beaucoup de mes productions terreur a été le thème, je soutiens que cette terreur n’est pas l’Allemagne, mais de l’âme – que j’ai déduit cette terreur que, depuis ses sources légitimes et ne pas avoir à pousser son seul résultat légitime ‘, tiré de la préface des Contes du grotesque et de l’arabesque, devient, sous sa plume.: ‘Si dans beaucoup de mes productions terreur a été le thème, je soutiens que cette terreur n’est pas l’Allemagne, mais mon âme.’ Pour ces critiques, cette lecture ne tient pas compte dans le cadre du travail de l’écrivain et ignore la pensée de Poe comme l’auteur prétend être appelé «nécrophile en partie refoulé partiellement sublimé.Ainsi, comme le psychanalyste Édouard Pichon, «les études des psychanalystes sur les artistes, notamment représentée en France par celles de Laforgue sur Baudelaire et Edgar Allan Poe Marie Bonaparte, contiennent de nombreuses caractéristiques intéressantes, mais Freud a le bon sens de l’écriture que la psychanalyse’ ne peut pas nous dit rien sur l’élucidation de l’art ‘. En outre, et dans une perspective très différente de celle d’un Bonaparte ou Marie René Laforgue, Jacques Lacan a également livré un commentaire psychanalytique intitulé La Lettre volée.

Sa personnalité

Avec une vaste intelligence, Edgar Allan Poe a été très poli, mais une férocité inégalée, qui est tombé avec de nombreuses personnes. Ses amis ont toujours été frappé par son soignée à l’excès et la clarté de son discours. De même, les manuscrits se distinguent par la fermeté, la cohérence et l’élégance de son écriture et comprennent que peu de suppressions. Très souvent, il a écrit sur des feuilles de cahier qu’il tenait les uns aux autres pour former des rouleaux très stricts. Une analyse de l’écriture de ces manuscrits a été réalisée, et elle révélerait une intelligence «ne dormant jamais, l’indépendance extrême contre les conventions, et qui contrôle, ou cherche toujours à contrôler, une extraordinaire sensibilité, après tout, un« cerveau ».

Dans son travail, il se méfiait du premier jet, du spontané. Pressé par le besoin d’argent, il a livré le plus souvent inédites des histoires à des journaux ou des magazines pour lesquels ils étaient destinés. Toutefois, dans les républiques, il a apporté ces changements importants, toujours dans le sens d’un texte plus serré. Durant les derniers mois de sa vie, il a révisé ses fictions et près de ses écrits théoriques et critiques de la première publication importante de ses œuvres, qui parut à New York en 1850.

Très conscient de son intelligence, logicien, il aime regarder ses compétences analytiques. Ainsi, lorsque la publication en série de Barnaby Rudge (1841), Dickens, il aurait deviné la fin de l’histoire avant la publication des dernières livraisons. De même, Le Mystère de Marie Roget est inspiré d’une histoire vraie, l’assassiner de Mary Rogers à New York en 1841 Cecil, dont le corps a été retrouvé dans l’Hudson, près de la rive du New Jersey.Dans une lettre datée du 4 Juin 1842, il a expliqué que dans son récit par avoir à Dupin «une analyse très longue et rigoureuse de la tragédie» et de reprendre ‘les opinions et les arguments de la presse», il démontre ‘la fausseté de la réception avis ‘et’ a indiqué le tueur d’une manière qui donnera un nouvel élan à l’enquête, expliquant que la jeune fille n’a pas été assassiné, comme on le pensait, par une bande de voyous.

Sa supériorité dans l’art de l’écriture a également été marquée par quelques canulars, où il a appliqué sa théorie de l’effet. Le 13 avril 1844, il a publié dans un numéro spécial de The New York Sun avec une histoire dans Le Canard à billes, présenté comme un fait réel. Par ce canular bien monté, il a marqué son retour à New York scène littéraire. Quant aux faits dans l’affaire de M. Valdemar histoire publiée en 1845, l’éditeur, qui a publié une brochure, et les journaux qui ont repris dans les éditions en anglais présenté comme un rapport scientifique (parce qu’ils avaient été dupés). Elizabeth Barrett Browning a écrit pour le louer «la puissance de cet écrivain et sa capacité à se transformer en horreurs de choses improbables qui semblent si proches et si familiers.’

Idéaliste, il était aussi très ambitieux, il ne cachait pas. Il écrit:«J’aime la gloire, je t’aime, je idolâtré et je voudrais boire jusqu’à la lie cette boisson glorieuse, je voudrais encens qui montait en mon honneur de chaque colline et chaque hameau, dans chaque ville et chaque ville sur la terre.’

Dès l’enfance, il lisait Byron, dont l’influence devait marquer ses premiers poèmes, Coleridge et la plus romantique de son époque. Par la suite, il a dû se démarquer de ces auteurs et sont signalées par la critique relativement féroce contre Coleridge. Il savait parfaitement la littérature classique et particulièrement aimé Pape. Il professait une grande admiration pour Ondine conte de Friedrich de La Motte-Fouqué, de Shelley, le génie de Dickens (y compris le magasin d’antiquités), à Hawthorne. Toutefois, il a exprimé de sévères critiques de Carlyle, Emerson (qu’il considère comme la «réplique respectueuse» de la première), Montaigne, dont l’emploi de la digression dans ses Essais en contradiction avec ses idées sur la nécessaire unité d’un texte. De même, s’il pouvait dire de John Neal, son art est grand, il est d’une grande », il a présenté ses« échecs répétés (…) dans le domaine de la construction de ses œuvres, «en raison, selon lui, soit à une «déficience du sens de la plénitude» ou un «tempérament instable.’

Malgré ses efforts, il n’a jamais vécu dans un confort réel, mais souvent vécu dans la pauvreté extrême, même si il jouissait de son vivant une véritable célébrité, surtout par ses activités de journaliste et son poème The Raven.

L’alcoolisme de Poe a été exagérés. Ainsi, il a été établi à l’université et à West Point, contrairement à certaines légendes, il était tout à fait sober.More généralement, il a été souvent sans eau pendant des périodes très longues et ne pouvait pas toucher une goutte d’alcool depuis des mois ou des années. En revanche, les rares fois où il a été demandé à boire, il a été malade plus souvent et ne pouvait pas travailler pendant quelques jours. Il semble qu’il ait commencé à boire plus dans les jours de la maladie de sa femme. Quant aux rumeurs d’alcoolisme, elles sont fondées sur le fait que, d’une part, il ne supportait pas l’alcool, et, d’autre part, plusieurs personnes, ils étaient en colère contre lui, ou qu ‘«ils pourraient être considérés comme ses ennemis ont profité de ces quelques cas où il est apparu ivre pour généraliser et dire qu’il était alcoolique, il lui nuire et de ternir son honneur et sa mémoire.

← Article précédent: Plantes psychotrope Article suivant: Poeme deprime


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site