Célibataire endurci: célibataire endurci psychologie

> > Célibataire endurci ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 18 août 2019

Célibataire endurci

Un célibataire endurci est une personne qui s’est habituée à sa situation de célibataire Il n’aimerait plus vivre avec quelqu’un, c’est devenu un célibataire endurci.

Nouveau simple: Attention!

L’Insee a constaté que de plus simple est particulièrement risqué. C’est comme une onde de choc due au passage de la vie conjugale à la vie simple, que ce soit un veuvage ou une séparation. Encore une fois, cet impact affecte surtout les hommes. Seul remède imparable pour ces nouveau single: Couple récupération dès que possible! En effet, le risque de mortalité disparaît instantanément lorsque la vie du couple à nouveau. Mais plus facile à dire qu’à faire! Pour les hommes, cela pose relativement peu de problème: ils se rétablissent plus rapidement en tant que couple, et souvent avec des femmes plus jeunes. Mais pour les personnes seules de nouvelles, il semble plus difficile de trouver un conjoint.

.

.

L’exception des célibataires

Il y a aussi des gens qui n’ont jamais vécu avec un partenaire. Environ 8% des hommes et des femmes entre les années 40 et 90 n’ont jamais connu la vie en commun. Cela se produit surtout chez les hommes sur le bas de l’échelle sociale …. et les femmes en haut! Pour ces solistes toujours, il ya aussi un risque accru de mortalité. Mais avec l’âge, est un célibataire endurci enfin jouer en leur faveur:après les filles de 80 ans et garçons âgés ont un risque moindre de décès que les personnes en couple.

Deux, c’est mieux!

L’Insee s’est intéressé à des hommes et des femmes de plus de 40 années de corréler leur situation familiale et leur risque de décès. La conclusion est claire: tous les âges, la mortalité est plus élevé chez les personnes qui ne vivent pas en couple. La période critique se situe entre 40 et 50: le taux de mortalité est maintenant deux à trois fois plus élevé chez les célibataires. Ensuite, il devient de moins en moins vrai plus on avance en âge. Les hommes sont plus touchés, avec une mortalité très marquée chez les excès de ceux qui vivent seuls, et persiste toute la vie.

.

.

← Article précédent: Cyberdépendance Article suivant: Dans l’émotion


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles