/*

L’orgasme féminin

Vous êtes ici : Accueil » Sexualité psychologie » L’orgasme féminin

Qu’est ce que l’orgasme ?

L’orgasme vient du grec orga : bouillonner d’ardeur, c’est une réponse physiologique et psychologique suite à la phase d’excitation sexuelle, une jouissance intense s’ensuit d’un moment de détente, de bonheur et d’apaisement.
L’orgasme est avant tout un réflexe psychologique entraînant un certain nombre de manifestations physiques (la contraction du périnée et du col de l’utérus, la chute de la tension sexuelle…).
Contrairement à l’homme, l’orgasme n’est pas pour la femme la condition essentielle du plaisir sexuel. D’autant plus qu’il demande beaucoup plus de stimulation et de temps pour survenir. C’est plutôt l’aboutissement d’un acte sexuel déjà satisfaisant dans sa globalité.

Un rapport sans orgasme vaginal est souvent vécu comme une défaite. Les rapports suivants sont vécus dans le stress et la peur de « ne pas y arriver ».
L’absence de l’orgasme ne relève pas de problèmes physiques, si vous avez déjà atteint l’orgasme clitoridien, l’orgasme vaginal sommeille en vous.

Pour atteindre l’orgasme vaginal, il est indispensable d’avoir une bonne connaissance de son corps et de ce qui procure du plaisir.

Qu’est ce que le point G ?

Le point G se situe à 3 ou 5 cm à l’intérieur du vagin, sur la paroi supérieure, une fois excitée, cette petite zone se gonfle. Aux premières stimulations, le point G pourra vous faire ressentir une envie d’uriner, il est situé à quelques millimètres de l’urètre. Ce qui explique cette envie. Par contre, si vous poursuivez la stimulation, cette envie d’uriner se transformera en plaisir.

La sensibilité du point G varie selon les femmes.

Certaines positions sexuelles permettent une stimulation directe de cette zone en particulier si l’homme est derrière la femme lors du coït ou si, dans la position du missionnaire, elle pose ses jambes sur ses épaules. L’attention et le savoir-faire du partenaire sont cependant plus déterminants qu’une position particulière. Chez certaines femmes, la stimulation de ce point G conduit parfois à des éjaculations féminines .

Le point G est plus ou moins individualisé selon les femmes. Pour une minorité, il semblerait que la paroi postérieure du vagin soit également réceptive aux stimulations.

Les phases de la réaction sexuelle :

Selon les sexologues, il y a quatre phases dans la réaction sexuelle, Le temps passé d’une personne dans chaque phase, et l’ordre dans lequel ils le vivent, est variable, cela dépendra même de humeur et de la personne avec qui elle se trouve.

L’excitation :

La phase d’excitation est accompagnée des réactions physiques aux stimuli mental et/ou physique:

-La lubrification vaginale commence en premier .

-Le vagin s’élargie.

-L’utérus et le col s’étirent vers le haut.

-Les lèvres externes s’aplanissent et s’écartent.

-Les lèvres internes et le clitoris augmentent de taille.

-Les mamelons peuvent se durcir et la poitrine peut augmenter de taille.

Le plateau :

Pendant la phase Plateau,la femme peut avoir:

-Une augmentation proéminente dans la tension sexuelle

-La vasocongestion accrue dans le vagin pousse le vagin à augmenter, ce qui diminue son ouverture

-La quantité de sécrétion vaginale peut diminuer pendant cette étape, surtout si elle est prolongée.

-Le clitoris devient de plus en plus droit

-Les lèvres internes augmentent en épaisseur et leurs couleurs changent, allant du rose au rouge.

-50  % des femmes voient un “sex flush” (émotion/rouge) sur leur poitrine et les autres parties du corps résultant d’une augmentation de la circulation sanguine près de la surface de la peau.

-La vitesse du coeur augmente.

– Une forte augmentation de la tension sexuelle dans les cuisses et le postérieur.

Le corps de la femme est maintenant prêt pour des rapports sexuels vaginaux.

L’orgasme :

-Les contractions rhythmiques du muscle surviennent au niveau de l’utérus et l’anus. Tandis que l’orgasme continue, les contractions deviennent moins intenses.

-Le “sex flush” devient plus prononcé et peut couvrir tout le corps.

-Tous les muscles du corps se contractent durant l’orgasme.

-L’orgasme prend aussi place dans le cerveau, comme indiqué par un contrôle des ondes cervicales.

-Certaines femmes émettrons un liquide de leur urètre durant l’orgasme. Ceci est souvent appelé l’éjaculation féminine.

– La tension neuromusculaire peut être évidente à travers le corps, spécialement dans le visage, les mains et les pieds. L’expression faciale d’une femme peut indiquer qu’elle souffre quand elle a orgasme très agréable.

Tous les orgasmes sont organiquement les mêmes, variant seulement dans la force et la durée,mais une femme peut ne pas connaître les mêmes.

La terminale :

Pendant cette phase, si la stimulation sexuelle continue, une femme peut avoir un ou plusieurs orgasmes supplémentaires.
-L’ouverture vaginale, retrouve son état normal.

-La poitrine, les lèvres, le clitoris et l’utérus reviennent à leur taille, position et couleur normales.

-Le clitoris et les mamelons peuvent être sensible.

-Le “sex flush” disparaît.

-Une forte sudation et respiration.

-Le coeur peut battre rapidement.

Si l’orgasme n’a pas lieu, le sang bloqué dans les organes pelviens, n’ayant pas été dissipé par des contractions orgastiques du muscle, peuvent donner lieu à une sensation de lourdeur et de gêne pelvienne.

Les différents types d’orgasme :

On distingue deux types d’orgasme, le clitoridien plus connu et le plus abordable et le vaginal plus méconnu mais plus intense.

Orgasme clitoridien :

Le clitoris est le petit bouton situé entre les grandes lèvres. Extrêmement riche en terminaisons nerveuses, c’est l’organe du plaisir féminin par excellence.
Il se stimule tout en douceur et en sensualité, par des caresses avec les doigts, la bouche ou la langue.
95 % des femmes atteignent l’orgasme en quelques minutes rien qu’en stimulant leur clitoris. Une fois que vous avez trouvé cette zone ultra-sensible, vous pourrez orienter les gestes de votre partenaire pour qu’il vous donne du plaisir.

Orgasme vaginal :

L’orgasme vaginal est principalement lié à la stimulation du point G.
30 % des femmes déclarent arriver à l’extase totale lors de la pénétration, vivant un orgasme vaginal. Son mécanisme est encore mystérieux, et continue d’alimenter tous les fantasmes.

Les orgasmes multiples :

Au cours d’un rapport sexuel, 5 à 10 % des femmes connaissent plusieurs orgasmes successifs : l’orgasme multiple. C’est-à-dire qu’une femme peut avoir, au cours d’une même période d’excitation, plusieurs orgasmes consécutifs.

Comment atteindre l’orgasme :

Il n’existe pas de remède miracle pour atteindre l’orgasme vaginal, cependant, vous pouvez commencer par habituer votre corps à réagir face au plaisir.

Kamasutra et orgasme vaginal !

  • La fleur écartée

La femme est allongée sur le dos et replie ses genoux sur sa poitrine. Lors de la pénétration, le pénis frotte le clitoris ce qui accentue considérablement le plaisir de la femme. En même temps, l’angle de pénétration permet d’appuyer sur la partie frontale très sensible du vagin, susceptible de mener rapidement jusqu’à l’orgasme.

  • La position de la levrette

La femme se positionne à quatre pattes, et l’homme pénètre son vagin par derrière de manière assez profonde, ce qui lui permet de bien stimuler le point G. La femme peut aussi s’allonger sur le ventre, ou s’accroupir, mais l’angle de pénétration sera plus serré. L’avantage de la position est que l’homme a tout le loisir de stimuler le clitoris de la femme avec ses deux mains libres.

  • L’union du lotus

L’homme est assis, les jambes écartées, les plantes de pieds réunies. La femme s’assied sur lui et enroule ses jambes autour de sa taille. C’est une position riche en contacts et propice aux caresses et frottements variés de la vulve, stimulant le clitoris. Chaque mouvement fait varier la tension du pénis sur le vagin et provoque une sensation de plaisir intense.

  • La position d’Andromaque

L’homme est allongé sur le dos et la femme s’installe à califourchon et le chevauche. C’est une position particulièrement recommandée pour ressentir l’orgasme vaginal. La femme a la possibilité de se caresser le clitoris, ou bien de le frotter contre le corps de son partenaire pour accentuer son plaisir. C’est elle qui tient les rennes et fixe le rythme et l’intensité !

Les exercices de Kegel :

Il s’agit de contracter le muscle pubo-coccygien, lorsque vous urinez par exemple. Mais attention de ne pas abuser de ces exercices, sous peine de rencontrer des difficultés pour uriner et des infections désagréables et douloureuses.

La contraction du vagin :

Lors des rapports sexuels, contractez et décontractez votre vagin sur le pénis de votre partenaire, c’est indiscutable, il en ressentira un grand plaisir, et vous aussi par la même occasion. Plus votre vagin est étroit, plus le plaisir de l’homme est accentué. Ce qui explique d’ailleurs en partie, l’attirance des hommes pour la pénétration anale.

L'orgasme féminin

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié