Non a la violence

> > Non a la violence ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 20 octobre 2014

Non a la violence

Habituel festive et conviviale, l’alcool a souvent une image positive. Pourtant, pas moins de cinq millions de Français sont les agresseurs. Outre les dangers à long terme (cancer, cirrhose, etc.) Intoxication encourage un comportement agressif et irresponsable des risques prenant.

Depuis le milieu des années 60, la consommation annuelle d’alcool par habitant diminue en France. Toutefois, l’âge du premier verre d’alcool progresse. La découverte de l’alcool qui s’est tenue à 13 ans pour les garçons et 14 filles dans le cadre du rapport biennal de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) 2002. Dans les deux ans après leur expérience de leur première «cuite». A 17 ans, deux tiers des garçons et deux filles déclarent avoir été ivres au cours de leur vie, une proportion qui affecte près des trois quarts des adultes au cours des douze derniers mois.

D’autres conceptions de la non-violence terme

Dawa Tsering, secrétaire adjoint, Département de l’information et des relations internationales du gouvernement tibétain en exil a déclaré que les actions des personnes jouant ou mis le feu à un bâtiment avec des personnes à l’intérieur ancrées, sont des scénarios non-violence.

Sortir couvert!

Au cours de soirées ‘arrosées’, les gens commencent à parler, le rire est plus facile, le sentiment de gagner de la richesse conduit certains à finir leur soirée avec ‘pilote automatique’. Ils laissent parfois accompagnés de leur conquête d’un soir. Et l’horloge est parfois difficile de traiter avec un partenaire dont j’ai oublié le nom …

L’anxiété est à son comble lorsque le trou noir empêche le Don Juan pour une nuit à se rappeler si un préservatif était muni au moment opportun … Vous devrez attendre 3 mois après un risque relatif pour un test VIH.

Commentaires

Léon Trotsky, Frantz Fanon, Reinhold Niebuhr, Subhash Chandra Bose, George Orwell, Ward Churchill et Malcolm X ont été critiques fervent de la non-violence, en faisant valoir que la non-violence dans de nombreuses façons et le pacifisme sont des tentatives d’imposer la moralité prolétariat de la bourgeoisie, que la violence est un d’accompagnement nécessaires pour un changement révolutionnaire, ou le droit à la légitime défense est un élément fondamental.

Pendant les années 60, lors de la répression violente des mouvements radicaux noirs américains aux États-Unis, George Jackson, membre des Black Panthers, a déclaré des méthodes non violentes de Martin Luther King, Jr.:

«Le concept de la non-violence est un faux idéal.Il présuppose l’existence de la compassion et un sens de la justice de la part de l’adversaire. Lorsque cet adversaire a tout à perdre et rien à gagner en exercice de la justice et de compassion, sa réaction ne peut qu’être négative. ‘

Malcolm X était également contre les dirigeants de la lutte des noirs américains pour les droits civiques sur la question de la non-violence, en faisant valoir que la violence ne peut être exclue si aucune autre solution existe: «Je pense que c’est un crime pour tous ceux qui brutalisés de continuer à accepter que la brutalité sans faire quelque chose pour se défendre. ‘

Lance Hill critique non-violence comme une stratégie inefficace qui prend en charge d’auto-défense et des noirs armés ont plus de violence motivés civile civile réformes des droits que les appels pacifiques à la morale et la raison (voir Lance Hill, diacres de la Défense).

Dans son livre Comment la non-violence protège l’État, l’anarchiste Pierre Gelderloos critique et définit la non-violence comme inefficace, racistes, étatique, patriarcale, tactiquement et stratégiquement moins militant militantisme, et bercé d’illusions.Gelderloos fait valoir que cache l’histoire traditionnelle de l’impact réel de la non-violence, en ignorant l’implication des militants dans des mouvements comme le mouvement pour l’indépendance de l’Inde et le mouvement des droits civiques et de donner une fausse image de Gandhi et de Martin Luther King, les décrivant comme la clé militants de ces mouvements. Il soutient en outre que la non-violence est généralement préconisé par les Blancs privilégiés qui attendent le peuple «opprimé, dont beaucoup sont des gens de couleur, souffrir patiemment le cadre d’un abus de plus en plus forte, jusqu’à ce que le Père Blanc est influencée par les exigences du mouvement ou de la paix viennent de rencontrer un légendaire «masse critique».

L’efficacité de la non-violence a également été contestée par certains manifestants anti-capitalistes prônant une ‘diversité des tactiques» au cours de manifestations de rue à travers l’Europe et les Etats-Unis après les manifestations anti-Organisation mondiale du commerce à Seattle (Washington) en 1999. L’écrivain américain et féministe DAClarke, dans son essai ‘Une femme avec une épée, suggère que la non-violence pour être efficace, elle doit être’ pratiquée par ceux qui pourraient facilement recours à la force s’ils le voulaient.»Cet argument conclut que les tactiques non-violentes seront de peu d’utilité à des groupes qui sont traditionnellement considérés comme incapables de violence, puisque la non-violence sera compatible avec les attentes de la population à leur égard et donc« passer complètement inaperçus. ‘C’est le principe de Dunamis (δύναμις grec ou «pouvoir de retenue»).

Le principal argument contre la non-violence, cette vision est que l’équilibre du pouvoir (la violence: la vis = force) étant considéré comme trop par le peuple devient absolutiste et dangereuse, car elle supprime la notion même de légitime défense, voir à l’opposition dans le équilibre des pouvoirs, c’est-à-dire que la cessation anticipée d’ordre psychologique (par exemple les grèves de la vingt et unième siècle), et le renoncement est le début de l’acceptation et la soumission. ‘Gandhi même si elle ne montre pas et ne préconise pas la violence physique, montrait la force et la violence psychologique, plus une grande force de conviction.’ D’autres, comme DA Clarke affirme que nous devons être en mesure de la force, mais maintenez le pouvoir réel .

La «désintégration» de l’alcool

Directeur de recherche à l’Institut national de la santé et la recherche médicale (INSERM), Marie Choquet trouvé en 1994 dans son étude nationale que parmi les jeunes violents, 21% consomment régulièrement de l’alcool contre 7% pour les non-violents. La consommation régulière concerne également 36% des racketteurs.

← Article précédent: Nevrosé Article suivant: Notre couple


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site