Angoisse cause

> > Angoisse cause ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 19 novembre 2014

L’anxiété est caractérisée par des sentiments d’appréhension, de tension, l’inquiétude, la terreur face à un risque de nature indéterminée. Il est souvent exprimé par le patient en termes de nervosité ou d’inquiétude. L’anxiété doit être distinguée de la peur de répondre à une situation menaçante réelle.

Nous faisons la différence du trouble panique (correspondant à des crises d’angoisse aiguë se produisent périodiquement) et la constante angoisse (trouble d’anxiété généralisée ou névrose d’angoisse), qui affecte les individus de façon durable.

Cette distinction est importante parce que les traitements sont différents. Le trouble panique est un traitement préventif de la survenue de crises par les antidépresseurs tout GAD est disponible sur tranquillisants classiques.

Les troubles anxieux sont fréquents, ils affectent chaque année environ 2-8% de la population adulte et sont plus fréquentes chez les femmes. L’âge moyen d’apparition des symptômes est compris entre 20 et 30.

L’anxiété peut être normale, même nécessaire à la vie par sa fonction adaptative, ou inversement, une maladie débilitante. Les limites entre la réaction d’anxiété normale qui consiste à ce sujet pour faire face à une situation difficile et l’anxiété pathologique n’est pas claire.

Il est généralement considéré que l’anxiété est normal quand il est bien toléré par le sujet, il peut le contrôler, il ne perçoit pas comme une contrainte déraisonnable, elle n’a aucune incidence sur sa vie quotidienne et il est peu probable somatisée. L’anxiété est une expérience normale que chacun de nous a connu la peur avant un examen, le souci de la santé d’un parent, réactions hâte dans des accidents, les catastrophes … L’anxiété est une émotion si utile. C’est une réaction psychologique au stress. C’est un état qui fait partie de nos réponses adaptatives à des stimuli externes en nous permettant de retenir notre attention, d’élever notre vigilance dans les situations de nouveauté, de choix, de crise ou de conflit.

En plus de troubles névrotiques (anxiété généralisée et le trouble panique) dont la réelle cause est inconnue et fait l’objet de diverses théories, il ya des causes facilement identifiables.

Dans la névrose hystérique, l’angoisse est convertie en symptômes physiques sans support organique. Mais cette conversion est souvent incomplète et une certaine inquiétude persiste en général.

Dans la phobie sociale, l’anxiété est attaché à des situations spécifiques (foules, espaces clos ou très largement ouvert, …), les animaux et l’anxiété se manifeste que sur les situations et disparaît avec eux.

Le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) est due à un événement extraordinaire qui cause des symptômes évidents de détresse chez la plupart des gens. L’événement est constamment revécu des souvenirs, rêves, cela va se reproduire … Le sujet cherche à éviter tout ce qui lui rappelle l’événement et souffre d’hypertension autonome (irritabilité, hypervigilance, hyperréactivité au stress, difficulté à s’endormir … ).

Enfin l’anxiété peut être un trait de personnalité unique (personne anxieuse) et est donc un arrangement permanent, est un état transitoire se produisant dans certaines circonstances.

L’anxiété est un symptôme ressenti comme un vague sentiment de douleur et d’attente pour un danger vague, toujours imminente. Cette souffrance est très souvent accompagné de divers signes somatiques que, parfois, dominent le tableau clinique: ils sont principalement des symptômes respiratoires, cardiaques, digestives, urinaires, neurologiques. Ils disent que les patients somatisent leur angoisse, c’est-à-dire qu’elles expriment à travers leur corps.

névrose d’inquiétude est un état d’anxiété chronique, où l’angoisse est présente sur deux jours, pendant au moins six mois.Elle est indépendante d’une situation phobique (qui peut causer des phobies, anxiété), une crainte obsédante que dans la névrose obsessionnelle, et non n’émaille l’évolution d’un trouble psychotique ou depression.She a au moins six symptômes d’une liste de dix-huit:

trouble d’anxiété généralisée se manifeste par un sentiment d’insécurité permanent avec ruminations sur le passé et les craintes diverses quant à l’avenir. L’anxiété chronique est très difficile de prendre une décision ou un choix, étant sujette au doute perpétuel. Il est hyperémotivité, instable et réagit fortement à des stimuli externes. Les phobies et la dépression sont fréquents.

L’attente anxieuse est le symptôme le plus constant. soucis quotidiens sont amplifiés énormément. L’anxiété appréhende le pire pour lui et sa famille. Très dépendant de son entourage, il ne supporte pas la séparation.

Dans l’intervalle entre les épisodes d’anxiété aiguë, la plupart des patients n’ont aucun problème. D’autres continuent à ressentir de la fatigue, des maux de tête ou d’autres manifestations de l’anxiété.

Dans la névrose d’angoisse, l’anxiété est flottante et isolée pure. Dans ce contexte d’anxiété permanente peut survenir sans cause des crises aiguës paroxystiques précipitation évidente.

La maladie progresse par des phases de rémission et d’exacerbation des symptômes.Certains décompensation sont possibles: la dépression, le suicide, la toxicomanie, l’alcoolisme … Le patient peut évoluer vers une organisation névrotique phobiques, hystériques ou hypochondriaques.

Le traitement de base repose sur la psychothérapie et de détente. Tranquillisants ou anxiolytiques (benzodiazépines en particulier) sont utilisés par périodes.

Le traitement de la crise d’angoisse aiguë repose sur l’attitude du médecin qui doit être calme et de la compréhension, l’isolement, les anxiolytiques par injection pour une rapide et puissante.

Le trouble panique est caractérisé par la survenue de crises d’angoisse ou de crises d’angoisse aiguë. Par définition, pour parler du trouble panique, le patient doit effectuer au moins quatre attaques de panique dans les quatre semaines (ou moins si elle est suivie par la crainte persistante d’avoir une autre attaque). Ces attaques de panique sont imprévisibles et pas déclenché par des situations particulières (trac) ou des facteurs organiques.

Le trouble panique (anxiété aiguë) est patient onset.The soudaine éprouve un sentiment de danger imminent, violent, imprécis (peur de la mort imminente, de devenir fou, de ne pas contrôler ses pensées ou actions, …), en cas de catastrophe prochaine sentiment d’impuissance, l’impuissance , une peur intense, ne s’applique pas.

Le malade est pâle, couvert de sueur, agitée ou prostrée, crispé, tendu, couvert de sueur, des tremblements animée. Il peut être congelé par l’angoisse ou des souffrances d’une excitation fébrile. La respiration est rapide, irrégulière. Nausées, vomissements, diarrhée, maux et douleurs, palpitations, tremblements, sensations d’étourdissement, vision trouble, réflexes aiguisés sont communs. Le coeur est rapide et les pupilles peuvent être dilatées.

Le syndrome d’hyperventilation associée à une tachypnée, respiration superficielle, engourdissement autour de la bouche, des fourmillements et un engourdissement des extrémités et est plus proche de tétanie (spasmophilie).

Dans les formes légères de l’anxiété sont prescrits comme les benzodiazépines anxiolytiques à faible dose.

Dans les attaques de panique, les tranquillisants sont parfois insuffisants et les antidépresseurs sont le seul ingrédient actif. Ils sont également utilisés dans la prévention.

La psychothérapie est utile lorsque le patient cherche le dialogue. Il est plus efficace que l’anxiété est liée à un problème psychologique, en particulier si le patient est isolé, avec peu d’aide auprès d’amis. Détente donne de bons résultats dans l’anxiété généralisée.

Dans les phobies spécifiques (agoraphobie, la peur de la conduite, l’avion, des boutiques, des ascenseurs, etc.) Les techniques comportementales donnent d’excellents résultats lorsque les patients adhèrent pleinement au programme de désensibilisation et de tâches quotidiennes à la maison. L’observance du traitement est une condition préalable pour le succès de ce type de soins.

Une céphalée de tension est un type particulier de maux de tête, souvent chronique, non pulsatile (contrairement à la migraine). Il peut avoir différentes origines, en raison de problèmes musculaires et squelettiques col de l’utérus, psychosomatiques ou au stress related. Mechanisms des céphalées de tension ne sont pas bien connus. Mais nous nous dirigeons vers une multifactorielles (combinaison de causes), avec des mécanismes différents entre les céphalées de tension fréquentes et peu fréquents ou de céphalées de tension chroniques.

Les traitements mécaniques

Ces techniques ont l’effet sur les céphalées de tension épisodiques de peu d’effet fréquents et peu fréquents sur les céphalées de tension chroniques. Les résultats sont souvent incertains et fragiles.

Les conséquences sociales

Dr Lanteri-Minet, dit dans son livre qui évalue la gravité de la maladie en fonction de l’importance de la qualité de vie qu’elle mène. En tant que tel céphalée de tension, peut être une maladie grave, surtout chez un sujet souffrant de la forme épisodique et, a fortiori, chroniques.

Les céphalées de tension, en particulier des répercussions sur la chronique de l’occupation, principalement en augmentant l’absentéisme et de causer une perte de productivité, et des études ont montré que:

Les céphalées de tension ont une mortalité plus élevée et la morbidité de zéro, mais peut causer une dépression sévère.

En conclusion

La chaîne de causalité causant des céphalées de tension (ceux du moins soupçonné une origine psychosomatique), certains médecins sont encore appelés céphalées de tension ou des maux de tête nerveux, psychogène n’est pas encore entièrement connues scientifiquement.

← Article précédent: Angoisse anxiété Article suivant: Angoisse douleur


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site