Parler à un public

> > Parler à un public ; écrit le: 21 novembre 2011 par La rédaction

Introduction

Adresser la parole à un public c’est bien de l’acquis ,au même titre que toute autre activité humaine cela vient avec l’apprentissage et l’entrainement .Par ailleurs, chacun de nous ,particulièrement à notre époque et peut être depuis toujours, est appelé(e) à adresser la parole à un public (public veut dire un groupe de trois personnes et plus) que ce soit dans le cadre des exposés le long de l’itinéraire de l’enseignement et de la formation préalable à la vie active ou à l’occasion de l’exercice de son activité professionnelle ou même dans le cadre de l’exercice quotidien de sa vie sociale .Parler en public est une situation de communication dans la mesure où il y un émetteur et un récepteur de message et la responsabilité de réussite de la communication incombe à l’orateur qui est l’émetteur, sa réussite consiste à faire passer le message et réaliser l’objectif ou les objectifs associé(s) à son action.

Quels sont les déterminants de réussite dans l’action de parler en public?

Un ou plusieurs objectifs clairs et réalisables associé (s) à l’action de parler en public
Toute action de communication devra avoir un ou plusieurs objectifs clairement exprimés et bien comprises par l’orateur ou l’émetteur du message, les objectifs associés à une action de parler en public sont variables en fonction du contexte du déroulement de l’action à savoir

– Contexte d’enseignement ou de formation, et là, les objectifs peuvent être de l’ordre d’un apport d’un plus au niveau des connaissances, au niveau du savoir être et/ou au niveau du savoir faire des récepteurs du message, d’ailleurs toujours dans ce même contextes les objectifs sont dits des objectifs pédagogiques et sont souvent identifiés puis formalisés par le demandeur de l’action.
– Contexte social et/ou politique où les objectifs peuvent être de l’ordre de la sensibilisation, mobilisation ou tout simplement de l’information des récepteurs du message, dans ce même
Contexte les objectifs sont souvent du genre à impulser un changement au niveau des idées afin d’amener l’auditoire ou les récepteurs du message à modifier leur comportement et leurs opinions et s’aligner à ceux souhaités par l’orateur.

Etre crédible vis-à-vis de l’auditoire
C’est la raison principale pour la quelle les personnes qui vous écoutent vont vous faire confiance, c’est le fait que vous êtes perçue par eux comme étant une personne fiable qui ne leurs racontera pas n’importe quoi et de ce fait, il vous faut être à la hauteur de cette confiance notamment au niveau de l’exactitude des informations que vous leurs communiquer et qui sont bien évidemment en rapport avec le ou les objectifs de la rencontre. Cela voudras bien dire de s’appliquer dans la préparation du discours tout en gardant une marge de souplesse pour de l’improvisation ou plutôt pour de l’adaptation en cas de besoin.

Préparer convenablement le support adéquat pour sa communication:
La préparation d’un support adéquat aux objectifs associés à l’action de parler en public va dépendre justement de ce public qu’il faut bien identifier au préalable tout en respectant le dicton «s’adresser aux gens dans la langue qu’ils comprennent»,comme cela va dépendre ,particulièrement au point de vue forme ,du contexte de réalisation de l’action du parler en public.
Dans le cadre d’un contexte d’enseignement et/ou de formation, il faut plutôt veiller à ce que le discours permet d’atteindre les objectifs pédagogiques associés à l’action de parler en public, dans ce même contexte il ya lieu surtout de s’assurer de l’exactitude de toute information communiquée (ce qui est en rapport avec la crédibilité de l’orateur).
Dans le cadre social et/ou politique le support du discours est généralement plus condensé du fait qu’il doit être réduit à deux ou trois points essentiels, éventuellement subdivisés en quelques sous-points, ce qui laisse plus de souplesse à l’orateur pour structurer son discours pour répondre au mieux à l’objectif de la rencontre tout en veillant toujours à sa crédibilité.
Structurer son intervention en tenant compte du fonctionnement de la mémoire de l’Homme
Les recherches en psychologie cognitive portant sur le fonctionnement de la mémoire de l’Homme ont bien démontré que ce que l’on retient le plus d’un discours ou d’un exposé c’est ce qui vient en premier et on dit qu’il est retenu par effet de primauté et également ce qui vient en dernier et on dit qu’il mieux retenu par le fait même qu’il vient en dernier. C’est bien ce que l’on retient d’une rencontre c’est la première impression et la dernière impression que l’on en a et ainsi l’orateur doit bien soigner son introduction et sa conclusion c’est à travers ces deux parties de la structure de son discours que l’essentiel du message doit passer.
Commencer son intervention par capter l’attention de son public:
Comme dans toute situation de rencontre entre humains. La première chose à faire c’est d’assurer un bon accueil et à moins que l’on soit une célébrité bien connu par son public, on commence par se présenter .La forme de l’accueil devra être adaptée en fonction du public et du contexte du discours ou de la communication, cela va de raconter une anecdote et faire rire ou partir d’un fait précis toujours en rapport avec l’objet de la rencontre ,jusqu’à une présentation de soi-même puis le tour de table de présentation bien évidemment si le contexte de la rencontre le permet (généralement quand le public est un groupe allant de trois à une quinzaine de personnes).
S’assurer du maintient de l’attention de son public:
Le maintient de l’attention de votre auditoire s’effectue au moyen de votre langage corporel, en effet 50% de votre message passera à travers vos gestes et votre regard. A propos du regard, Antoine Auchlin (linguiste à l’Université de Genève et formateur dans le thème prise de la parole) nous apprend: «Certaines personnes fixent le sol. D’autres balaient la salle du regard, sans jamais parler à quelqu’un en particulier. Ce n’est pas non plus la solution .Il faut choisir une personne à qui l’on adresse la parole et ne pas la quitter des yeux au milieu d’une phrase. On termine ce que l’on est en train de dire avant de basculer vers une autre personne.»

Maitriser son trac:
Dans ce domaine, le trac est un phénomène commun chez tous les humains ,c’est une réaction tout à fait normale à l’égard de ce qui pourra arriver si on commet une erreur lors de son discours .C’est une manifestation d’une sorte de peur de l’inconnu qu’il faut bien apprivoiser , c’est ce qui nous poussera à bien se préparer physiquement et psychologiquement pour parler à son publicpar être appliqué(e) dans la préparation de ses notes et aides –mémoire, maitriser ses émotions et au besoin procéder à des simulations ou jeux de rôles (comme les comédiens préparant leurs rôles dans une pièce de théâtre) . C’est bien connu, le trac s’attenu petit à petit à travers l’exercice et la pratique.

Support du discours approprié au contexte:
Cela va d’un bout de papier à une ou quelques pages écrites lisiblement et comprenant généralement le plan du discours, les mots clés ou les objectifs de la rencontre avec le ou les programmes permettant de les réaliser, que cela soit avec l’usage ou non des moyens modernes de présentation (rétroprojecteur, vidéoprojecteur), à propos ,quand on fait usage de ce type d’outils ne jamais remplir la page par un texte à lire car cela coupera la relation entre vous et votre public laquelle relation est très précieuse pour la réussite de la rencontre et la réalisation de ses objectifs.
A bien se rappeler qu’un tableau ou un schéma bien fait vaut mieux qu’un long discours!

Conclusion

Etre un bon orateur c’est parvenir à amener son public à s’approprier ses propres idées ou ses propres opinions concernant le sujet de la rencontre tout en veillant à ce que chacun trouve plaisir à y avoir participé et en a tiré une réelle valeur ajoutée.
Etre un bon orateur c’est être un bon communicateur en fin de compte, les concepts clés de la communication réussie rappelons les sont
Accueillir bien accueillir l’autre c’est le mettre à l’aise, c’est lui sourire, c’est lui refléter une image positive…
Ecouter écouter l’autre c’est lui donner de l’importance, c’est le valoriser…
Reformuler c’est échanger avec l’autre sans déformation, ni malentendu, ni incompréhension…

← Article précédent: La timidité Article suivant: Vie de couple et infidélité


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site