La personne et l’esprit : pensée, conscience, opinion, religion

> > La personne et l’esprit : pensée, conscience, opinion, religion ; écrit le: 18 mai 2012 par chiraz modifié le 13 février 2015

« Toute personne a le droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontière. Le présent article n’empêche pas les Etats de soumettre les entreprises de radiodiffusion, de cinéma ou de télévision à un régime d’autorisations » (Conv., art. 10.1). « L’exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions, prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à l’intégrité territoriale ou à la sûreté publique, à la défense de l’ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d’autrui, pour empêcher la divulgation d’informations confidentielles ou pour garantir l’autorité et l’impartialité du pouvoir judiciaire » (Conv., art. 10.2). Il existe pourtant en France un régime de contrôle préventif de certaines publications, par exemple de celles qui sont « principalement destinées » à la jeunesse.

« Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites » (Conv., art. 9.1). Rédigée en termes fort généraux, cette disposition assure la protection des convictions d’une personne, qu’elles soient politiques, morales, philosophiques ou religieuses. Ainsi, en tant que philosophie, le pacifisme relève de son application, ce qui ne confère pourtant pas aux objecteurs de conscience le droit d’être exemptés d’un éventuel service civil de remplacement.

« Nul ne peut se voir refuser le droit à l’instruction. L’Etat, dans l’exercice des fonctions qu’il assumera dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement, respectera le droit des parents d’assurer cette éducation et cet enseignement conformément à leurs convictions religieuses et philosophiques » (Prot. n° 1, art. 2).

« Toute personne a droit à la liberté de réunion pacifique et à la liberté d’association, y compris le droit de fonder avec d’autres des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts» (Conv., art. 11.1). «L’exercice de ces droits ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à la sûreté publique, à la défense de l’ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits et libertés d’autrui. Le présent article n’interdit pas que des restrictions légitimes soient imposées à l’exercice de ces droits par les membres des forces armées, de la police ou de l’administration de l’Etat» (art. 11.2).

Vidéo : La personne et l’esprit : pensée, conscience, opinion, religion

← Article précédent: Le désir de parler,dont celui de rêver n’est qu’une métaphore conclure? Article suivant: Mise en place d’un bon système récompenses-punitions


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site