➔ PSYCHOLOGIE

La gestion du stress

> > La gestion du stress ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 22 octobre 2014


la gestion du stress

Pour de nombreuses personnes, le stress est la cause de maux de tête fréquents. Deux types de traitements à leur disposition: apprendre à gérer leur stress ou prendre des antidépresseurs. Une étude récente indique que, dans deux tiers des patients la combinaison de ces deux traitements peut réduire de moitié l’intensité des maux de tête.

Les céphalées de tension sont des maux de tête chroniques personnes volontiers, casque, combiné avec un sentiment de tension dans les muscles du cou. Parfois, il ajoute ou des picotements sensations de tiraillement dans le cuir chevelu. Contrairement à ce qui est souvent vu dans la migraine, il n’ya pas de troubles visuels ou des nausées ou des vomissements. En fait, ces maux de tête sont souvent bénins et sont reconduits pendant de nombreuses années sans aucun traitement n’est mis en œuvre. Mais chez certaines personnes, elles peuvent dégénérer en plus dangereux et de devenir quasi permanente. Leur origine est probablement psychosomatique, bien que le mécanisme n’est pas clair.

Deux cents patients étudiés

Le stress est supposé jouer un rôle majeur dans l’apparition de ces maux de tête, diverses techniques de relaxation et les thérapies cognitives ou comportementales ont été proposées. Prenant les antidépresseurs tricycliques a également été efficace dans certains cas.Une équipe de l’Université d’Ohio * a évalué l’efficacité du traitement antidépresseur associé à des thérapies de gestion du stress. Plus de 200 patients souffrant de céphalées de tension, 26 jours par mois en moyenne, ont participé à cette étude pendant huit mois. Certains ont été traités par un antidépresseur tricyclique seuls, d’autres avec un traitement placebo ou la gestion du stress associé à un placebo, et certains de ceux associés au traitement antidépresseur.


Trouble stress post-traumatique est un type de trouble anxieux sévère qui se manifeste après une expérience aussi traumatisante. est un nom lié à une approche, la psychothérapie comportementaliste et le trouble psychopathologique est appelé névrose traumatique, et il diffère du résultat précédent de la prise en compte de la dynamique intrapsychique (inconsciente).

Le syndrome de stress post-traumatique (aussi connu comme le syndrome de stress post-traumatique, SSPT, ou état de stress post-traumatique, SSPT) est une réaction psychologique à la suite d’une situation dans laquelle la physique et / ou du patient psychologique et / ou son entourage a été menacée et / ou réel dommage (accident grave, mort violente, viol, agression, maladie grave, la guerre, les bombardements ,…). La réaction immédiate à l’événement a été traduit par une peur intense, un sentiment d’impuissance ou un sentiment d’horreur. Le SSPT se manifeste parfois à la suite de réaction aiguë de stress à la situation anxiogène mais il peut également survenir beaucoup plus tard (après plusieurs semaines ou mois). Si un terrain psychologique ou psychiatrique fragile (dépression, anxiété, …) peut augmenter le risque de développer SSPT, une expérience traumatisante peut, par elle-même, d’élever le SSPT chez les individus sans histoire. En particulier, les enfants et les personnes âgées sont les plus vulnérable.

← Article précédent: La fatigue Article suivant: La guerre


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles