Temps de sommeil

> > Temps de sommeil ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 11 novembre 2014

temps de sommeil

le sommeil paradoxal

La théorie est simple: le sommeil ordinaire phases constitué de différentes phases du sommeil, dont un appelé le sommeil paradoxal (une suite), la privation de sommeil entraîne après une période d’adaptation, plus facile à réaliser ce sommeil profond. En conséquence, chaque petite sieste et une plus grande proportion de sommeil paradoxal.

Certaines théories suggèrent que le sommeil le sommeil paradoxal est en grande partie responsable des effets de la récupération mentale: il a été établi spécifiquement priver les animaux de sommeil paradoxal entraîne leur mort en 3-8 semaines (ce qui n’arrive pas en les privant d’autres stades spécifiques du sommeil ). Ainsi, selon cette théorie, les traverses de polyphasique obtenir autant ou plus de sommeil paradoxal que les traverses monophasique, les états que les traverses polyphasique atteindrait le même niveau d’énergie pourrait être crédible.

.

.

La durée du sommeil paradoxal chez les espèces animales est proportionnelle à leur corticalisation et là, selon le professeur Grubar, un parallèle entre elle et la nécessité de l’apprentissage. Chez l’homme, la durée du sommeil paradoxal est passée de 25% du temps de sommeil à l’âge d’un an à 16% chez les personnes âgées. Il serait un indice de plasticité cérébrale, c’est à dire la capacité à collecter et stocker des informations de l’extérieur.

Les troubles du sommeil associés à des troubles mentaux:

Forum Insomnie et troubles du sommeil Forum Rêves et cauchemars

.

.

Comme chaque hiver, il est au ralenti. Perte d’énergie, difficulté de concentration, douleurs musculaires, sautes d’humeur … Besoin de sommeil ou un stress inhabituel?

Marie Borrel

.

.

Je vais me coucher épuisé, je me lève dans le même état, mais je dors huit heures par nuit, mais rien n’y fit. Comme chaque hiver, Isabelle se plaint d’être fatigué, claqué, emptied.At cette période de l’année, nous sommes presque tous été remplis par une perte insidieuse de l’énergie, en attendant le printemps pour nous réveiller en même temps que les bourgeons. En attendant, nous sommes tentés de chercher le repos dans les bras de Morphée: nous allons au lit plus tôt et plus tôt dans l’espoir d’obtenir sous la forme suivante, mais souvent la promesse est rompue. Normal: le sommeil n’est pas nécessairement la guérison de notre fatigue.

Tout dépend de ses caractéristiques: physiques et ad hoc, ou nerveux et chronique, ces derniers étant beaucoup plus répandu. ‘Cependant, le sommeil est un excellent indicateur de la santé globale de la personne et sa relation avec son environnement, a déclaré le Dr Valaxt, chercheur à l’unité INSERM 480 de se spécialiser dans l’étude du sommeil et les rêves.Si une cellule est perturbé dans une de ces deux domaines, elle fait écho. ‘L’insomnie et la fatigue sont verbalisés et la première chez le médecin (sept patients sur dix) Le praticien devra chercher à identifier la cause exacte:. Est-ce une maladie sous-jacente (hypertension, l’hépatite …), un traitement médicamenteux mal tolérée (cortisone, bêta …) à partir d’un épuisement professionnel, une apparition de la dépression?

.

.

Après une journée de déplacement des meubles, des boîtes ou après un bon match de tennis, la fatigue physique – dont nous faisons volontiers appel «bonne fatigue» – est causée par l’usure inhabituelle de nos cellules musculaires. Dans ce cas, un appel irrésistible à la couette, on plonge avec délice dans un sommeil réparateur pour vos muscles touchés par l’effort. «Pendant le sommeil, lente, profonde – ne pas la tension nerveuse de rejoindre rapidement – nous sécréter l’hormone de croissance, qui favorisent la synthèse des protéines et accélère le renouvellement cellulaire, explique le Dr Valaxt.

Si vous venez de subir une pression de travail inhabituelles ou si le petit Lucien vous pousse hors du lit une fois ou deux fois par nuit, un bon repos bien mérité – tout au plus quelques jours de vacances – certainement vous donner droit. Mais ce processus simple et naturel est d’aucune utilité en cas d’épuisement nerveux ou une déficience mentale.Votre énergie continue à jouer le grand absent, votre concentration est en retraite, vous faites fonctionner au ralenti, vous êtes sur le bord, irritable, grincheux, juste quelques douleurs te chatouiller le bassin ou des épaules … une baisse temporaire ou une dépression déjà installé peut être à l’origine. D’ailleurs, n’est-il pas plus facile de dire à leur médecin: «Je suis fatigué, je dors mal» plutôt que d’admettre ‘Je suis déprimé?’ Dans l’étroite relation entre la fatigue et le sommeil, composante psychologique est très important, ‘a déclaré le Dr Parolat Royan, un psychiatre, un spécialiste en disorders.When sommeil vous est demandé de réduire son temps de sommeil parce que vous êtes très impliqué dans une activité en cause, enrichissant, motivant, la fatigue n’a pas beaucoup de sens. Mais si vous avez une scission du sommeil, coupé , parce qu’il est dans une situation difficile, lourd, stressant, avec les obligations et les délais sont difficiles à contrôler, les transporteurs de l’anxiété, la fatigue est beaucoup plus intense. ‘

.

.

Dans les années 70, le Dr Jouvet a également été démontré dans une expérience célèbre que la relation entre la fatigue et le sommeil noué de même chez l’homme et certains animaux. Il a ainsi chats privés de sommeil:soit en les plaçant sur un char au milieu d’une piscine, puis l’animal est tombé dans l’eau dès que le sommeil mis au repos son tonus musculaire, soit par le réveil de caresses quand ils s’endormirent. Résultat: le premier mouraient très vite, alors que celui-ci s’adaptent beaucoup plus facilement!

‘Nous savons maintenant que la quasi-totalité de l’insomnie sont les troubles de l’éveil et ne dort pas, dit le Dr Valaxt. Sommeil lent léger et sommeil lent ‘paradoxale’ (dans lequel les rêves se produisent) alternent des cycles d’environ deux heures pour six à huit heures chaque nuit. Le duo sommeil léger au sommeil profond (le plus relaxant) récupère physiquement, tandis que le sommeil paradoxal ‘réorganiser’ l’esprit se repose et la psyché. Pour ces phases sont liés ensemble de façon transparente, notre système d’éveil doit être bloqué. Mais quand nous sommes stressés, anxieux, tendu, nous avons tendance à sur-stimuler pendant la journée pour «tenir». Et le soir, il devient impossible de bloquer complètement: il est difficile de dormir et quand vous vous réveillez pendant la nuit, comme il est normal de le faire fugitivement à la fin de chaque cycle, ne peut plus revenir à sleep.The blanches nuits et la fatigue tout en renforçant l’état de tension, qui provoquent une stimulation de la nouvelle prise de conscience pendant la journée et une difficulté de plus en plus à dormir la nuit.

.

.

Pourquoi ce cercle vicieux? Notre système de blocage de l’éveil d’un combustible alimente entre les différents sécrétée par le cerveau: la sérotonine. Ce neurotransmetteur est impliqué dans diverses fonctions: régulation de la température du corps, perception de la douleur, les sautes d’humeur et le sommeil …. Il s’accumule tout au long de la journée et la nuit, il stimule les cellules qui favorisent le sommeil en bloquant l’alerte. Mais le cerveau produit également la fonction d’activateur de la dopamine, la sérotonine est un frein. Et quand nous sommes dans un état de tension nerveuse et la sécrétion psychique de dopamine augmente. Tout à coup, les jongleurs équilibre sérotonine-dopamine. Notre sommeil devient difficile, à court, saccadé. Nous nous réveillons avec un sentiment de fatigue finit même par être physical.The plages longues et profondes sommeil à ondes lentes et il est dépourvu de tout renouvellement des cellules du corps ralentit.

le sommeil paradoxal

La théorie est simple: le sommeil ordinaire monophasique constitué de différentes phases du sommeil, dont un appelé le sommeil paradoxal (une suite), la privation de sommeil entraîne après une période d’adaptation, plus facile à réaliser que le sommeil profond. En conséquence, chaque petite sieste et une plus grande proportion de sommeil paradoxal.

Certaines théories suggèrent que le sommeil le sommeil paradoxal est en grande partie responsable des effets de la récupération mentale: il a été établi spécifiquement priver les animaux de sommeil paradoxal entraîne leur mort en 3-8 semaines (ce qui n’arrive pas en les privant d’autres stades spécifiques du sommeil ). Ainsi, selon cette théorie, les traverses de polyphasique obtenir autant ou plus de sommeil paradoxal que les traverses monophasique, les états que les traverses polyphasique atteindrait le même niveau d’énergie pourrait être crédible.

La durée du sommeil paradoxal chez les espèces animales est proportionnelle à leur corticalisation et là, selon le professeur Grubar, un parallèle entre elle et la nécessité de l’apprentissage.Chez l’homme, la durée du sommeil paradoxal est passée de 25% du temps de sommeil à l’âge d’un an à 16% chez les personnes âgées. Il serait un indice de plasticité cérébrale, c’est à dire la capacité à collecter et stocker des informations de l’extérieur.

← Article précédent: Tchat couple Article suivant: Terrorisme


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles