Personnalité borderline

> > Personnalité borderline ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 20 octobre 2014

Une pression artérielle élevée (hypertension) est l’élévation permanente des chiffres de pression artérielle (connu sous le nom de la tension artérielle ou BP) de plus de 16 / 9,5. La tension artérielle normale est inférieure à 14 / 9. Le concept de l’hypertension est limitée à un nombre entre 14 / 9 et 16 / 9,5.

Avant de faire valoir l’hypertension chez un patient, le médecin doit donner une date et d’assurer la permanence de la pression artérielle régulièrement le suivi du patient et de prendre sa tension artérielle avec un manomètre à mercure au repos en position couchée au moins deux fois en 15 jours.

Nous parlons de l’hypertension artérielle permanente lorsque BP est élevé en tout temps. Le nombre de minima est importante car elle se traduit directement par la flexibilité et la résistance des parois artérielles.

.

.

Quand le médecin a découvert une hypertension artérielle, il contrôle plusieurs fois dans des conditions différentes: repos, le stress, debout, couché, le bras droit et le bras gauche … Il assure sa permanence.

La généralisation de dispositifs de mesure de la pression artérielle pour le grand public permet au patient de surveiller sa tension artérielle dans des conditions de la vie quotidienne.

.

.

L’appareil de la tension artérielle ambulatoire (MAPA) permettre l’inclusion de la pression artérielle en continu.En effet, il peut être, en particulier chez les jeunes patients, une hypertension labile, c’est-à-dire, en alternance avec des périodes de tension artérielle normale. Cette condition est bénigne à court terme et très bien toléré. Il n’ya pas de complications viscérales. Le suivi est nécessaire parce que la maladie peut évoluer vers une hypertension permanente. La cause de cette affection est inconnue, mais les problèmes émotionnels sont plus fréquemment touchés.

Les personnes atteintes de trouble de personnalité limite – ou état limite – lutte quotidienne contre une hyperactivité généralisée. Retour imprévisibles maladie psychologique, tant pour la personne avec son entourage.

.

.

Veronica Deiller

Ils sont comme nous, nous semblent parfois un peu enfantin, égoïste, et juste une situation stressante où tout est réuni: accès de colère, des comportements dangereux, ont tendance à la manipulation, l’idéation suicidaire. Les gens atteints de DBP sont, selon psychothérapeute Alain Tortosa, ‘la cocotte-minute, toujours sur le point d’exploser.’

.

.

Mais qui est vraiment la limite? Difficile de répondre que ce trouble est multiple, comme en témoigne une forums psychonaute: «Ils sont des êtres humains, de la chair, l’âme et les émotions Pour ma part, je me sens comme un élastique..J’ai tendance vers la lumière, je la tension de charge, je me suis projet et avoir soit un mur ou un vide. Je lutte pour ne pas me charger … ‘

La difficulté de la gestion des émotions est le leitmotiv de cette maladie se rétrécir, à mi-chemin entre la névrose et la psychose. Ses manifestations: l’hypersensibilité, une réaction excessive à la moindre annoyance.Added de ces traits communs symptômes caractéristiques qui repose sur le diagnostic médical de la maladie (il ya 5 ou plus pour chaque personne):

.

.

L’état de la personnalité borderline est insaisissable, d’autant plus qu’il est souvent accompagné d’un autre trouble de la personnalité, comme la dépendance affective.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, près de 2% de la population mondiale (1) seraient affectés par le trouble de personnalité, à commencer par les femmes, qui représentent près de trois sur quatre cas de maladie.

.

.

Comme ses symptômes, les causes de la DBP sont nombreux. Si les causes biologiques, chimiques (interruption de la production de la sérotonine) et les prédispositions génétiques sont manifestes, la maladie semble bénéficier les personnes qui ont subi des mauvais traitements, la négligence affective ou séparations difficiles dans l’enfance.

(1) JG Gunderson, trouble de personnalité limite.Un guide clinique. American Psychiatric Publishing, 2000

Article très intéressant, la clé est dit, bien que abordé.Cependant d’échapper, il lui faut pour guérir et que ces gens ne sont pas conscients du fait qu’ils sont malades, comment les aider si elles refusent de voir la réalité? C’est un sujet difficile ………

Merci d’avoir soulevé le sujet. Le plus d’informations, il y aura davantage de solutions et meilleure est la qualité de vie des personnes atteintes de cette trouble.Merci pour des liens Web et des suggestions de lectures que je commandées.Ils immédiatement combler un grand manque d’information et l’isolement aussi pour ceux qui sont impliqués.

Je suis actuellement en congé de maladie en raison de discriminatoire.Je harcèlement suis suivie par mon médecin pour une demande d’accident travail.Je suis suivie par un psychiatre parce que je suis ALDavec Exomile que Séroplex.Je médicaments et une thérapie cognitive suis aussi comportementale (TCC) avec un thérapeute à l’hôpital jour.Mais le problème est que je suis sûr que je suis borderline et aucun d’entre le thérapeute m’a dit que j’étais borderline.After la lecture de vos clés de compréhension et d’autres lectures, que ce soit Christophe ANDRE, Boris CYRULNIC ou autres formes de harcèlement sur le moral, la confiance en soi, etc ….Je pense que je suis malheureusement souffert de ce problème psychologique, parce que mes réactions sont généralement que d’une frontière et je ne peux pas expliquer à ma famille et mon travail que je pourrais me contrôler en faisant d’évitement. Je suis hors de rebondir plus haut après mes essais et de harcèlement de toute Discrimination.Le est de savoir comment retrouver confiance et estime de soi. Comme cette limite harcèlement discriminatoire pas réussi à me pousser au suicide.

Il est à noter que j’ai été passionné par mon travail, parfois au détriment de ma famille et elle ne comprenait pas, j’ai été rigoureuse et intègre.Mais J’ai commencé en tant que représentant du personnel et membre de la HSC et là je suis assassiné par mon société, le problème était que je pouvais défendre mes collègues et moi-même que je ne pouvais pas défendre.J ‘venait de donner une réalité à mon travail ….

Si un autre thérapeute ou une personne qui a connu ce problème ou peut m’aider à aider les autres en répondant aux problèmes existentiels de Borderline. Je suis disponible pour toutes les personnes qui souhaitent participer à une bonne partie de la résolution de notre problème d’une Borderline état invalidant pour nous et notre psychiatre famille.Certains m’a conseillé d’être des travailleurs autonomes dans un champ près d’une vocation, à savoir, le travail en profondeur mais sans oublier la famille.J ont déjà été indépendant, mais j’ai oublié la famille, alors j’ai pensé bien faire. A l’époque je ne savais pas que j’étais borderline et je ne pouvais pas expliquer ma réaction, je suis bon et ma famille ne comprenait pas mes humeurs très souvent déplacées. Cordialement

Quelles thérapies?

J’ai le diagnostic de la personnalité borderline depuis Juillet 2006. Oui, en effet, il est une bataille difficile tous les jours pour moi. Je souhaite juste que cette maladie me priver de ma peau, mais elle est réelle dans ma life.When J’ai lu les informations ci-dessus ça fait mal encore de moi parce qu’il me fait réaliser que je suis vraiment bien. Je ne suis pas de détente pour moi. Je veux prendre une pause pour moi-même à l’occasion. Ma tête ne s’arrête jamais. Le bon côté depuis 2006, c’est que maintenant je sais ce que j’ai et je n’ai pas à me poser des questions sur mon comportement ou mes pensées que j’ai trouvé bizarre. C’est le confort que j’ai trouvé. Je suis actuellement étudiant à un psychothérapeute pour aider d’autres personnes comme moi d’entrer et de trouver un peu de bonheur. Chose un peu difficile à faire. Au plaisir de vous parler à nouveau! Gentil Dauphin

Moi aussi j’ai été diagnostiquée borderline à l’expertise que victime.Pourtant, je ne me reconnais pas du tout dans la description des symptômes. Par contre, je me sens plus proche de Chauchey.(Cela ne veut pas hésiter à me laisser un message privé s’il veut) l’instabilité (relative) sentimentale et professionnelle, mais aucune crainte swings.A humeur de l’abandon, bien sûr, (en raison du fait, soi-disant, que j’ai été adopté), mais aucune tendance à la manipulation (je suis contre toute forme de manipulation). Egalement dans l’auto-analyse et ne pas blesser (si vous me demandez) pour exprimer mes sentiments … Que pensez-vous?

Le terme «limite» ou «cas limites», «limite» est d’abord vu dans son sens psychanalytique que le terme se réfère à un type d’organisation entre la personnalité spécifique ‘organisation névrotique» et «structure psychotique. Il est basé sur la peur de la perte de objectif et les résultats dans une insécurité constante interne et les attitudes de tester la entourage.One incessant de ses modes de défense agit comme un site de l’anxiété.

Pour le béhaviorisme, le DSM-IV et CIM-10 désordre, trouble de personnalité borderline est un comportement: sautes d’humeur, délicat des relations humaines, le manque de confiance en soi et aussi des comportements d’automutilation. Dans cette approche, le trouble de personnalité limite est considéré comme un syndrome.

Histoire

La ‘frontière’, le ‘états intermédiaires’ ou ‘conditions aux limites’ ont été initialement décrits en psychiatrie en 1884 par C. Hughes pour les conditions qui ont varié entre un maximum à vie de la démence (tel que défini dans le temps à savoir: la psychose) et la normalité. Un autre médecin, en 1890, preuve AD Rosse recherche clinique des limites de la folie. Il est le psychanalyste A. Stern, qui en 1938 a repris le terme borderline mettant l’accent sur «hypersensibilité» des sujets, leur «force défensive» et «faible estime de soi’. Continuent d’être signalés en 1951 le terme dans un article du trimestriel psychiatriques et signé par un autre analyste, Victor W. Eisenstein, et il a presque depuis sa distribution se répand.

En psychanalyse, Edward Glover, qui mentionne ce terme en 1932 à critiquer un article qui met en évidence le lien entre trouble borderline et la toxicomanie dans un modèle:J’ai représenté l’état réel de la toxicomanie comme «limite» en ce sens qu’ils ont un pied dans les psychoses et les névroses de l’autre. Ils ont leurs racines dans les états paranoïaques, quoique parfois mélancolique élément domine le tableau. Néanmoins, ils sont suffisamment côté névrotique de développement afin de maintenir une relation à la réalité est clairement approprié si l’exception notable de la relation avec la drogue, derrière laquelle se trouve le mécanisme paranoïaque. . Notez que déjà Sigmund Freud dans l’analyse et à la fin de l’analyse sans fin (1937), a suggéré que chaque névrosé a une partie en moi psychotic.Other auteurs développent la notion de facteurs «schizoïde» active dans de nombreuses maladies. Plus tard, il a été signalé à nouveau le terme dans un article signé par Victor W. Eisenstein publié en 1951 dans le Quarterly psychiatrique, et depuis lors, sa distribution se répand.

En 1945, Otto Fenichel est d’accord avec cette notion en montrant la présence de troubles psychotiques dans les autres maladies qui se psychose.

Actuellement, le terme est utilisé dans deux sens, celui élaboré à partir des classifications sous-jacentes behaviorisme du DSM-IV (DSM-V bientôt) et de la CIM-10 et l’autre basée sur la théorie psychanalytique clinique et derrière une organisation défensive inconsciente.Les conflits actuels ont une incidence sur ces ainsi que dans les définitions que dans les traitements. Pour les tenants du premier courant, un endroit qui serait révélé par les neurosciences cerveau est probablement à l’avenir.

psychopathologie psychanalytique

En 1942, Hélène Deutsch décrit un type de personnalité, comme l’if, qui est proche de nombreux points de ce qui allait devenir les caractéristiques du TPL: [Aces si] des cas dans lesquels la relation affective de l’individu avec le monde extérieur et avec son propre ego apparaît pauvres ou absents, ils sont étroitement liés à la dépersonnalisation. Ils semblent aussi normale que vers l’extérieur, mais il manque d’authenticité dans leur vie affective qui semble vide et ennuyeux (à comprendre dans le sens de types de dépression).

Plus tard, Germaine Guex insister sur ce qu’il a appelé l’angoisse de la séparation première (1950), le syndrome de chute, puis, pour décrire la situation des enfants a ensuite appelé de tempérament, un terme qui a couvert plus une contre-attitude une explication réelle volonté. Il y avait des enfants qui ont généralement souffert plus ou moins abandonnée au début se manifeste par l’insécurité affective et un besoin constant d’obtenir à tout prix des preuves d’amour pour une certaine sécurité (émotionnel avidité insatiable).Le abandonné »écrit-elle, aspire à un sentiment de fusion avec un autre être (la mère) et non pas le sentiment de relation qui ne considèrent même pas .. Elle rejoint les observations d’Hélène Deutsch sur des personnalités comme si. G. Guex souligne également que ces gens ne prennent pas en charge le dossier cure type, mais il faut élaborer un cadre qui convient à leur niveau de fonctionnement. Le paradoxe cruel de ce système de défense est que la cupidité est souvent l’objet se termine par les rejets réels, de sorte que le besoin exprimé intimidation objets .

Otto F. Kernberg propose l ‘«organisation limite’ terme (1975) qui écrit sur la pathologie de caractère (personnalité) et une modulation pauvres de rage envers les objets (personnes), d’où le clivage ultérieur des relations de polarisation soit idéalise ou dévalorise la vision ou l’autre personne. La limite de l’organisation est similaire à un état limite, un terme utilisé par les psychanalystes français.

Harold Searles le considère parmi les patients borderline, le moi travaille dans un mode à l’autisme.

Jean Bergeret, en 1970, propose également un rapprochement entre la pathologie borderline et la dépression. Voici le schéma qui porte dans sa nosologie:

Cette organisation psychique à la frontière ‘entre deux eaux’ suggère que les théories de la névrose et la psychose ne sont pas suffisantes. Ce sont de nouveaux champs d’étude des limitations qui rendent les conditions essentielles: savoir si l’étude du narcissisme, de son implication dans la relation à l’autre, ou l’étude de la perception du temps, ou la nature des traumatismes psychologiques.

La psychothérapie psychanalytique à la limite de

En psychanalyse, il est généralement admis que cette catégorie – large et vague – se réfère à des organismes à la frontière entre névrose et psychose. traitements psychanalytiques sont appropriées, parfois la cure type, mais plus souvent un appareil équipé d’un certain nombre de séances hebdomadaires d’une à quatre par semaine, généralement en face à face. Ce qu’on a appelé la psychothérapie psychanalytique, certains, comme Otto F. Kernberg ajouter ‘Borderline’ de souligner la spécificité de l’approche.

L’approche phénoménologique de Borderlines (ou comportementale) [17]

Il serait également correspondre à l’histoire et souvent un manque d’affection (par exemple, l’absence du père), de mauvais traitements, abus sexuels (pédophilie, viol) mais cela reste très controversée, en particulier le phénomène de faux souvenirs induits qui peuvent capter le clinicien.

← Article précédent: Personnalité anglais Article suivant: Personnalité dépendante


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles