Exercices relaxation

> > Exercices relaxation ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 27 octobre 2014

Le traitement physique de l’asthme est un élément fondamental du traitement de fond et est soutenu par les organismes de sécurité sociale. En temps de crise d’asthme il permet à l’enfant pour réduire le travail des muscles inspiratoires, de promouvoir le mouvement du diaphragme pour contrôler l’expiration et de réaliser un bon drainage des sécrétions bronchiques, y compris à travers le ‘clapping’ et le traitement postural. En outre, la présence rassurante auprès de l’enfant d’un physiothérapeute pour aider à calmer surmonter sa crise. Le principe de la ventilation pendant les crises est d’apprendre à l’enfant de respirer lentement et calmement que possible, en ouvrant sa bouche pour les expulse l’air facile. Il soufflait de l’enfant 2 ou 3 fois et plus encore sur toutes les 5 minutes. Cette technique empêche l’enfant de mourir par inspirations rapides et plus courtes expirations. ‘. Maîtrise du souffle’ En dehors des crises, la thérapie physique apprend à l’enfant de contrôler la fin d’acquérir l’apnée Exercices de plus en plus étendu pour permettre à l’enfant de ne plus angoissé quand des difficultés respiratoires: il sait qu’il peut ‘vivre’ sans respirer pendant plusieurs dizaines de secondes …! La «toilette bronchique’ est une technique qui donne d’excellents résultats.Une fois que l’enfant est capable de tousser et de soufflage (5 à 8 ans), le kinésithérapeute lui apprend à expirer violemment et à fond pour détacher le flegme et de les faire revenir dans la gorge. Très souvent, ces efforts forcé expirations sont suivies par la toux et expectoration de glaires. L’enfant doit répéter ces manoeuvres jusqu’à ce que les poumons sont secs. Il doit pratiquer cette toilette bronchique tous les soirs sans exception. La réadaptation vise également à la réhabilitation de la vie quotidienne et des activités sportives et aide à récupérer une partie déformations thoraciques. Dans l’ensemble des techniques de relaxation («training autogène Schultz’) semble très utile dans la période inter-critique pour une relaxation générale et peut-être même une diminution de la résistance des voies aériennes. Une bonne séance de relaxation à la maison: Attendez-vous à donner des résultats progressifs. Comme lors des sessions, vous vous sentirez les bienfaits, un retour valable pour calmer … Martine le truc est obligatoire Connectez-vous pour pouvoir poster un témoignage. Bonsoir, comment, avec un peu d’entraînement à la relaxation, vous pouvez regagner la confiance des Sophrologie croit en vous! Venez visiter mon blog http://eclosion83136.canalblog.com Je vous souhaite un bon été. Avec toute ma sympathie. Jean-Philippe La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) sont un groupe de traitements pour les troubles mentaux (phobies, addictions, psychoses, dépression, anxiété …) qui partagent une approche dans laquelle la thérapie doit être fondée sur des connaissances scientifiques de la psychologie expérimentale et obéir à des protocoles relativement standardisés . La CCI de répondre aux difficultés particulières du patient dans l’ici et maintenant ‘au travers d’exercices pratiques et axées sur les symptômes observables par un comportement et un encadrement par le thérapeute qui cherche à intervenir sur les processus mentaux aussi connu sous le nom des processus cognitifs, consciente ou non, considéré comme l’origine d’émotions et de leurs troubles. normalisation de la pratique de la TCC a contribué à la reconnaissance de leur efficacité par leur reproductibilité est une exigence de la démarche scientifique. Historiquement, le comportement commun (se concentrant d’abord d’intervenir dans le comportement) et cognitives (cherchant à intervenir sur le psychisme) apparaissent ensemble dans le milieu de la twentiethcentury, parfois en concurrence les uns avec les autres, contre l’approche psychanalytique qui met l’accent sur les processus internes de inconscient cherche anciens expérimentés. Depuis les années 1980, cette fracture historique entre le behaviorisme et le cognitivisme tend à disparaître dans la pratique thérapeutique.

Histoire

Behaviorism des thérapies comportementales

Dans le début du XXe siècle, l’expérience d’Ivan Pavlov a donné naissance à la psychologie comportementaliste scientifiques actuelles. Cette expérience révèle le phénomène du conditionnement classique: si vous présentez un stimulus initialement neutre, par exemple, une cloche, juste avant de donner à manger à un chien et cela est répété à plusieurs reprises, le chien à saliver en entendant seulement le son, avant même que la nourriture arrive: il est conditionné. Mais si le son est présenté plusieurs fois sans nourriture, salivation ne se reproduira pas, car il est «l’extinction», déconditionnement. John Watson, en 1920, a induit une phobie chez un enfant de cette théorie du conditionnement.Ces études démontrent la volonté de donner, par l’expérimentation chez l’homme mais aussi nécessaire chez les animaux, une base empirique pour les théories et donc de l’approche clinique en psychothérapie. Mary Cover Jones en 1924, les premières expériences avec la thérapie comportementale: elle expose progressivement les enfants à l’objet de leur peur, tout en les récompensant pour cette exposition, ainsi que leurs autres enfants en leur montrant que ne n’ai pas peur. Le traitement de première comportement est montré comment une expérience scientifique. Richard L. Salomon en 1953 formalisé l’idée de l’exposition, avec des chiens montrant que si l’exposition est longue phobie assez disparaît. En 1952, Joseph Wolpe offre un traitement appelée «désensibilisation systématique» fondée sur le principe d’inhibition réciproque, qui consiste à utiliser un état de bien-être pour compenser l’effet de l’objet phobique par une exposition progressive à ce dernier. Aussi en 1953, Burrus F. Skinner place de l ‘conditionnement opérant dans le centre de son travail, en montrant comment les individus acquièrent leur comportement, en sélectionnant ceux qui seront positifs pour eux. Il essaie de l’appliquer à une meilleure compréhension de l’éducation.

L’émergence de la thérapie cognitive

Parallèle entre les 50 et 60, de nouvelles approches thérapeutiques émergent. En effet, malgré un certain succès dans le traitement des névroses, d’autres troubles comme la dépression sont plus résistants aux thérapies inspirées comportementaliste. Les alternatives proposées, y compris les États-Unis Albert Ellis et Aaron Beck, fidèles à leur utilisation de concepts précédemment jugée trop «mentaliste» tels que les croyances ou les émotions – Beck sera la source d’un questionnaire mesurant la dépression encore utilisé aujourd’hui, le Beck Depression Inventory. Malgré l’enthousiasme scientifique de la révolution cognitive, les fondations des approches de recherche clinique réfléchir plus d’un «troisième voie» entre le behaviorisme et la psychanalyse que de nouveaux modèles de laboratoire de psychologie cognitive. thérapie rationnelle Albert Ellis a mis au point à partir de 1953 et il a nommé le résultat de la «thérapie rationnelle-émotive» prétend être la philosophie si stoïque. Il est basé en partie sur l’idée que les troubles psychiques sont le reflet d’un dysfonctionnement dans la façon de penser ou de voir le monde sur la base des croyances erronées. Thérapie se concentre donc sur ce point, en regardant à travers des exercices mentaux et de rationalisation du travail, modes de changement de pensée, de réactions émotionnelles et les comportements plutôt que de revenir sur le passé pour comprendre l’origine possible de la maladie.Théorie rationnelle émotive est considérée comme la première forme de thérapie cognitivo-comportementale résolument. Une autre déception de la psychanalyse et influencé par Albert Ellis, le psychiatre Aaron Beck a développé sa propre approche thérapeutique, la dépression premier tour dans le début des années 1960, puis un accent supplémentaire sur l’anxiété disorders.He proposé la thérapie cognitive terme en référence à la notion de cognition qui renvoie aux processus par lequel les individus mentalement traiter l’information dans leur vie quotidienne. La thérapie cognitive se démarque franchement des méthodes comportementales, en se concentrant presque exclusivement sur les processus mentaux, et surtout ce que Beck énumérés sous le nom de modèles. Ce sont ces schémas mentaux (pensées automatiques, monologues intérieurs) sur lequel le thérapeute cherche à agir avec le patient.

La fusion cognitivo-comportementale

En 1961, Albert Bandura a montré que si nous présentons aux enfants de deux ans et la moitié des adultes d’abuser d’une poupée, et que ces adultes sont départ, ces enfants imitent les comportements violents. Imitation de travail si le comportement est imité ne voit pas ‘directement’, mais seulement filmé. En 1965, Ayllon et Azrin développer une thérapie basée sur des jetons (récompenses) souffrant de schizophrénie.Si l’on ne peut pas guérir la psychose, cette méthode d’enseignement des tâches simples à l’égard de la souffrance du sujet, et l’étendue de ses productions délirantes telles que s’habiller ou de garder sa chambre. En 1970, les marques, qui se distingue et les phobies sociales, théorise l’idée d’immersion: pour faire face afin de se débarrasser de l’anxiété à des situations plus effrayant pas progressivement, mais de lutter directement contre la plus grande crainte du patient. Jusqu’aux années 1980, la thérapie rationnelle-émotive de Ellis et surtout la thérapie cognitive de Beck’s gagne en popularité en psychologie clinique et de devenir des cadres théoriques fondamentales dans la recherche clinique. Cependant, les techniques comportementales qui ils sont souvent confrontés à des essais cliniques aller et fusionner ces approches essentiellement donner lieu à la psychothérapie cognitive et cognitivo-comportementale elle-même, pour le trouble panique par exemple. Le succès de la TCC est sans aucun doute leurs résultats sans précédent dans les évaluations de l’efficacité clinique fondée sur des preuves. En outre, ils fournissent un cadre théorique qui se prête à la recherche clinique et des liens, plus ou moins directe, avec les concepts de la psychologie scientifique et plus récemment en neurosciences cognitives.

La troisième vague de la TCC?

Actuellement, le champ de la psychothérapie cognitivo-comportementale est encore très active. De nouveaux modèles continuent d’émerger en tant que thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT), Steven C. Hayes conçu pour restaurer la flexibilité psychologique des patients ou des thérapies de l’attention, inspirée par les pratiques méditatives, qui sont utilisés pour la gestion du stress et de la rechute dépressive inconvénients. Certains auteurs ont proposé de décrire ces nouvelles thérapies comme constituant une «troisième vague» de la TCC, vague après vague d’comportementales et cognitives (et cognitivo-comportementale) Cette troisième vague est caractérisée par l’acceptation plutôt que l’évitement de pensées douloureuses et l’utilisation de techniques de méditation. Cependant, cette description n’est pas encore de consensus au sein de la communauté. Depuis le milieu des années 1990, grâce aux progrès de l’informatique, les technologies de réalité virtuelle commencent à être utilisés dans un contexte psychothérapeutique, de recréer des situations virtuelles qui peuvent être confrontés les patients. Ces techniques sont considérées comme l’immersion virtuelle dans le traitement des troubles phobiques.

Histoire

Behaviorism des thérapies comportementales

Dans le début du XXe siècle, l’expérience d’Ivan Pavlov a donné naissance à la psychologie comportementaliste scientifiques actuelles. Cette expérience révèle le phénomène du conditionnement classique:si vous présentez un stimulus initialement neutre, par exemple, une cloche, juste avant de donner à manger à un chien et cela est répété à plusieurs reprises, le chien à saliver en entendant seulement le son, avant même que la nourriture arrive: il conditionné. Mais si le son est présenté plusieurs fois sans nourriture, salivation ne se reproduira pas, car il est «l’extinction», déconditionnement. John Watson, en 1920, a induit une phobie chez un enfant de cette théorie du conditionnement. Ces études démontrent la volonté de donner, par l’expérimentation chez l’homme mais aussi nécessaire chez les animaux, une base empirique pour les théories et donc de l’approche clinique en psychothérapie. Mary Cover Jones en 1924, les premières expériences avec la thérapie comportementale: elle expose progressivement les enfants à l’objet de leur peur, tout en les récompensant pour cette exposition, ainsi que leurs autres enfants en leur montrant que ne n’ai pas peur. Le traitement de première comportement est montré comment une expérience scientifique. Richard L. Salomon en 1953 formalisé l’idée de l’exposition, avec des chiens montrant que si l’exposition est longue phobie assez disparaît. En 1952, Joseph Wolpe offre un traitement appelée «désensibilisation systématique» fondée sur le principe d’inhibition réciproque, qui consiste à utiliser un état de bien-être pour compenser l’effet de l’objet phobique par une exposition progressive à ce dernier. Aussi en 1953, Burrus F. Skinner place de l ‘conditionnement opérant dans le centre de son travail, en montrant comment les individus acquièrent leur comportement, en sélectionnant ceux qui seront positifs pour eux. Il essaie de l’appliquer à une meilleure compréhension de l’éducation.

L’émergence de la thérapie cognitive

Parallèle entre les 50 et 60, de nouvelles approches thérapeutiques émergent. En effet, malgré un certain succès dans le traitement des névroses, d’autres troubles comme la dépression sont plus résistants aux thérapies inspirées behaviorist.The alternatives proposées, y compris les États-Unis Albert Ellis et Aaron Beck, fidèles à leur utilisation de concepts précédemment jugée trop «mentaliste» tels que les croyances ou des émotions – Beck sera la source d’un questionnaire mesurant la dépression encore utilisé aujourd’hui, le Beck Depression Inventory. Malgré l’enthousiasme scientifique de la révolution cognitive, les fondations des approches de recherche clinique réfléchir plus d’un «troisième voie» entre le behaviorisme et la psychanalyse que de nouveaux modèles de laboratoire de psychologie cognitive. thérapie rationnelle Albert Ellis a mis au point à partir de 1953 et il a nommé le résultat de la «thérapie rationnelle-émotive» prétend être la philosophie si stoïque. Il est basé en partie sur l’idée que les troubles psychiques sont le reflet d’un dysfonctionnement dans la façon de penser ou de voir le monde sur la base de beliefs.Therapy erronée se concentre donc sur ce point, en regardant à travers des exercices mentaux et de rationalisation du travail, le changement des schémas de pensée , les réactions émotionnelles et les comportements plutôt que de revenir sur le passé pour comprendre l’origine possible de la maladie. Théorie rationnelle émotive est considérée comme la première forme de thérapie cognitivo-comportementale résolument. Une autre déception de la psychanalyse et influencé par Albert Ellis, le psychiatre Aaron Beck a développé sa propre approche thérapeutique, la dépression premier tour dans le début des années 1960, puis un accent supplémentaire sur les troubles anxieux. Il a proposé la thérapie cognitive terme en référence à la notion de cognition qui renvoie aux processus par lequel les individus mentalement traiter l’information dans leur vie quotidienne. La thérapie cognitive se démarque franchement des méthodes comportementales, en se concentrant presque exclusivement sur les processus mentaux, et surtout ce que Beck énumérés sous le nom de modèles.Ce sont ces schémas mentaux (pensées automatiques, monologues intérieurs) sur lequel le thérapeute cherche à agir avec le patient.

La fusion cognitivo-comportementale

En 1961, Albert Bandura a montré que si nous présentons aux enfants de deux ans et la moitié des adultes d’abuser d’une poupée, et que ces adultes sont départ, ces enfants imitent les comportements violents. Imitation de travail si le comportement est imité ne voit pas ‘directement’, mais seulement filmé. En 1965, Ayllon et Azrin développer une thérapie basée sur des jetons (récompenses) souffrant de schizophrénie. Si l’on ne peut pas guérir la psychose, cette méthode d’enseignement des tâches simples à l’égard de la souffrance du sujet, et l’étendue de ses productions délirantes telles que s’habiller ou de garder sa chambre. En 1970, les marques, qui se distingue et les phobies sociales, théorise l’idée d’immersion: pour faire face afin de se débarrasser de l’anxiété à des situations plus effrayant pas progressivement, mais de lutter directement contre la plus grande crainte du patient. Jusqu’aux années 1980, la thérapie rationnelle-émotive de Ellis et surtout la thérapie cognitive de Beck’s gagne en popularité en psychologie clinique et de devenir des cadres théoriques fondamentales dans la recherche clinique.Cependant, les techniques comportementales qui ils sont souvent confrontés à des essais cliniques aller et fusionner ces approches essentiellement donner lieu à la psychothérapie cognitive et cognitivo-comportementale elle-même, pour le trouble panique par exemple. Le succès de la TCC est sans aucun doute leurs résultats sans précédent dans les évaluations de l’efficacité clinique fondée sur des preuves. En outre, ils fournissent un cadre théorique qui se prête à la recherche clinique et des liens, plus ou moins directe, avec les concepts de la psychologie scientifique et plus récemment en neurosciences cognitives.

La troisième vague de la TCC?

Actuellement, le champ de la psychothérapie cognitivo-comportementale est encore très active. De nouveaux modèles continuent d’émerger en tant que thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT), Steven C. Hayes conçu pour restaurer la flexibilité psychologique des patients ou des thérapies de l’attention, inspirée par les pratiques méditatives, qui sont utilisés pour la gestion du stress et de la rechute dépressive inconvénients. Certains auteurs ont proposé de décrire ces nouvelles thérapies comme constituant une «troisième vague» de la TCC, vague après vague d’comportementales et cognitives (et cognitivo-comportementale): Cette troisième vague est caractérisée par l’acceptation plutôt que l’évitement de pensées douloureuses et l’utilisation de la méditation techniques.Cependant, cette description n’est pas encore de consensus au sein de la communauté. Depuis le milieu des années 1990, grâce aux progrès de l’informatique, les technologies de réalité virtuelle commencent à être utilisés dans un contexte psychothérapeutique, de recréer des situations virtuelles qui peuvent être confrontés les patients. Ces techniques sont considérées comme l’immersion virtuelle dans le traitement des troubles phobiques.

Histoire

Behaviorism des thérapies comportementales

Dans le twentiethcentury début, l’expérience Ivan Pavlov donne lieu à la psychologie comportementaliste scientifiques actuelles. Cette expérience révèle le phénomène du conditionnement classique: si vous présentez un stimulus initialement neutre, par exemple, une cloche, juste avant de donner à manger à un chien et cela est répété à plusieurs reprises, le chien à saliver en entendant seulement le son, avant même que la nourriture arrive: il est conditionné. Mais si le son est présenté plusieurs fois sans nourriture, salivation ne se reproduira pas, car il est «l’extinction», déconditionnement. John Watson, en 1920, a induit une phobie chez un enfant de cette théorie du conditionnement. Ces études démontrent la volonté de donner, par l’expérimentation chez l’homme mais aussi nécessaire chez les animaux, une base empirique pour les théories et donc de l’approche clinique en psychothérapie. Mary Cover Jones en 1924, les premières expériences avec la thérapie comportementale: elle expose progressivement les enfants à l’objet de leur peur, tout en les récompensant pour cette exposition, ainsi que de leur montrer à d’autres enfants qui n’ont pas peur d’eux. Le traitement de première comportement est montré comment une expérience scientifique. Richard L. Salomon en 1953 formalisé l’idée de l’exposition, avec des chiens montrant que si l’exposition est longue phobie assez disparaît. En 1952, Joseph Wolpe offre un traitement appelée «désensibilisation systématique» fondée sur le principe d’inhibition réciproque, qui consiste à utiliser un état de bien-être pour compenser l’effet de l’objet phobique par une exposition progressive à ce dernier. Aussi en 1953, Burrus F. Skinner place de l ‘conditionnement opérant dans le centre de son travail, en montrant comment les individus acquièrent leur comportement, en sélectionnant ceux qui seront positifs pour eux. Il essaie de l’appliquer à une meilleure compréhension de l’éducation.

L’émergence de la thérapie cognitive

Parallèle entre les 50 et 60, de nouvelles approches thérapeutiques sont emerging.Indeed, en dépit de quelques succès dans le traitement des névroses, d’autres troubles comme la dépression sont plus résistants aux thérapies inspirées comportementaliste. Les alternatives proposées, y compris les États-UnisAlbert Ellis et Aaron Beck, fidèles à leur utilisation de concepts précédemment jugée trop «mentaliste» tels que les croyances ou les émotions – Beck sera la source d’un questionnaire mesurant la dépression encore utilisé aujourd’hui, le Beck Depression Inventory. Malgré l’enthousiasme scientifique de la révolution cognitive, les fondations des approches de recherche clinique réfléchir plus d’un «troisième voie» entre le behaviorisme et la psychanalyse que de nouveaux modèles de laboratoire de psychologie cognitive. thérapie rationnelle Albert Ellis a mis au point à partir de 1953 et il a nommé le résultat de la «thérapie rationnelle-émotive» prétend être la philosophie si stoïque. Il est basé en partie sur l’idée que les troubles psychiques sont le reflet d’un dysfonctionnement dans la façon de penser ou de voir le monde sur la base de beliefs.Therapy erronée se concentre donc sur ce point, en regardant à travers des exercices mentaux et de rationalisation du travail, le changement des schémas de pensée , les réactions émotionnelles et les comportements plutôt que de revenir sur le passé pour comprendre l’origine possible de la maladie. Théorie rationnelle émotive est considérée comme la première forme de thérapie cognitivo-comportementale résolument. Une autre déception de la psychanalyse et influencé par Albert Ellis, le psychiatre Aaron Beck a développé sa propre approche thérapeutique, la dépression premier tour dans le début des années 1960, puis un accent supplémentaire sur les troubles anxieux. Il a proposé la thérapie cognitive terme en référence à la notion de cognition qui renvoie aux processus par lequel les individus mentalement traiter l’information dans leur vie quotidienne. La thérapie cognitive se démarque franchement des méthodes comportementales, en se concentrant presque exclusivement sur les processus mentaux, et surtout ce que Beck énumérés sous le nom de patterns.It sont ces schémas mentaux (pensées automatiques, monologues intérieurs) sur lequel le thérapeute cherche à agir avec le patient.

La fusion cognitivo-comportementale

En 1961, Albert Bandura a montré que si nous présentons aux enfants de deux ans et la moitié des adultes d’abuser d’une poupée, et que ces adultes sont départ, ces enfants imitent les comportements violents. Imitation de travail si le comportement est imité ne voit pas ‘directement’, mais seulement filmé. En 1965, Ayllon et Azrin développer une thérapie basée sur des jetons (récompenses) souffrant de schizophrénie.Si l’on ne peut pas guérir la psychose, cette méthode d’enseignement des tâches simples à l’égard de la souffrance du sujet, et l’étendue de ses productions délirantes telles que s’habiller ou de garder sa chambre. En 1970, les marques, qui se distingue et les phobies sociales, théorise l’idée d’immersion: pour faire face afin de se débarrasser de l’anxiété à des situations plus effrayant pas progressivement, mais de lutter directement contre la plus grande crainte du patient. Jusqu’aux années 1980, la thérapie rationnelle-émotive de Ellis et surtout la thérapie cognitive de Beck’s gagne en popularité en psychologie clinique et de devenir des cadres théoriques fondamentales dans la recherche clinique. Cependant, les techniques comportementales qui ils sont souvent confrontés à des essais cliniques aller et fusionner ces approches essentiellement donner lieu à la psychothérapie cognitive et cognitivo-comportementale elle-même, pour le trouble panique par exemple. Le succès de la TCC est sans aucun doute leurs résultats sans précédent dans les évaluations de l’efficacité clinique fondée sur des preuves. En outre, ils fournissent un cadre théorique qui se prête à la recherche clinique et des liens, plus ou moins directe, avec les concepts de la psychologie scientifique et plus récemment en neurosciences cognitives.

La troisième vague de la TCC?

Actuellement, le champ de la psychothérapie cognitivo-comportementale est encore très active. De nouveaux modèles continuent d’émerger en tant que thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT), Steven C. Hayes conçu pour restaurer la flexibilité psychologique des patients ou des thérapies de l’attention, inspirée par les pratiques méditatives, qui sont utilisés pour la gestion du stress et de la rechute dépressive inconvénients. Certains auteurs ont proposé de décrire ces nouvelles thérapies comme constituant une «troisième vague» de la TCC, vague après vague d’comportementales et cognitives (et cognitivo-comportementale): Cette troisième vague est caractérisée par l’acceptation plutôt que l’évitement de pensées douloureuses et l’utilisation de la méditation techniques. Cependant, cette description n’est pas encore de consensus au sein de la communauté. Depuis le milieu des années 1990, grâce aux progrès de l’informatique, les technologies de réalité virtuelle commencent à être utilisés dans un contexte psychothérapeutique, de recréer des situations virtuelles qui peuvent être confrontés les patients. Ces techniques sont considérées comme l’immersion virtuelle dans le traitement des troubles phobiques.

Avis sur cognitivo-comportementale

Ils sont remis en question en France et certains pays d’Amérique latine, par les tenants des théories psychanalytiques. Ces critiques se concentrer sur l’appréhension du patient comme un sujet singulier.Prendre soin de suivre des protocoles standardisés qu’ils évacuer la «dimension humaine du patient’ fait son statut de sujet singulier qui est de l’inconscient (qui est différent de ce que l’on entend ordinairement par sujet). En outre, elles visent seulement les symptômes, prendre «à leur valeur nominale, sans travail d’interprétation. ‘

← Article précédent: Excitation Article suivant: Exhibition couples


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site