➔ PSYCHOLOGIE

Dépression enfant

> > Dépression enfant ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 24 octobre 2014


 Dépression enfant

La dépression chez les enfants et les adolescents est difficile à diagnostiquer parce que souvent caché. Nous pouvons trouver et les adultes avec émotionnelle (irritabilité), troubles du sommeil ou de manger. Une baisse du rendement scolaire peut être un signe d’alerte.

Il survient chez des sujets hyperactifs sans antécédents psychiatriques, bien intégrée et professionnelle, prenant souvent des postes de direction, soumis à un traumatisme émotionnel répété.

L’absence d’antécédents psychiatriques, la personnalité normale du patient sont typiques. Le patient décrit souvent lui-même l’apparition de cette fatigue par le surmenage excessif, mais en même temps, s’est dit surpris, blessé de ne pas pouvoir faire face.


Forum Santé Forum Psychologie Nutrition

Qu’est-ce que nous apprenons en travaillant pendant des années avec en fin de vie en unités de soins palliatifs? Quelle est la part de ceux qui sont malades atteints de cancer ou autres maladies incurables, qui ont atteint la fin de leur existence est susceptible de réinterpréter leur vie? … Parfois, un sentiment de plénitude, la vie pleine et souvent – trop souvent – le sentiment d’être raté le point …

Veronica, je n’ai pas de réponse à votre question. Et il ya de nombreuses pistes que les humains yad’êtres.Notre plus gros problème en tant que membre de cette société est conditionné à penser qu’il existe un seul modèle de bonheur qui nous devons absolument nous conformer à ‘vraiment heureux’. Il n’y a pas d’erreur plus tragique, alors il ya un millier d’autres possibilités!

Que feriez-vous si cette année était la dernière de votre vie? Que voulez-vous vraiment important qu’à la fin de cette année, vous n’avez rien à avoir honte d’avoir perdu votre temps? Veronica, dans quelle mesure êtes-vous prêt à aller au-delà de tous les ‘excuses’ que vous pouvez invoquer pour ne pas avancer? Qu’êtes-vous prêt à donner de vous-même? Quel est le risque réel êtes-vous prêt à prendre une leçon à donner un sens à votre existence? Jusqu’où êtes-vous en mesure de contester votre tranquillité personnelle?


Vous pouvez consulter toutes les rétrécit de la Terre, vous pouvez faire valoir un peu, mais la question que vous posez n’est pas celle de la psychologie. Ne donnez pas complètement bien sûr, mais laisser un peu à l’écart de temps à autre … Prenons un exemple (parmi beaucoup d’autres!): Acheter le rapport 2005 d’Amnesty International, visitez la Croix-Rouge, World of médecins ou Emmaüs fondation, frapper à la porte d’une association pour aider les autres, que ce soit: ce n’est pas un moyen d’échapper à (en dépit de ceux qui disent que!) est un moyen de trouver …Veronica, ouvrez vos yeux … se tourner vers le monde au-delà de votre couette … Écoutez ce que vous dites est vrai … il est difficile de trouver le bon endroit, mais l’effort est une valeur it.See où votre site peut être ici – dans le coin – ou bien … Vous avez tout à y gagner, car, en quelque sorte, vous dites que vous n’avez rien à perdre … Alors s’il vous plaît, faites en sorte d’être fier de ce que vous avez accompli pour vous-même et d’autres viendront lorsque le dernier jour de votre vie …

En psychiatrie le terme de dépression (ou la dépression), depressio latine, ‘projet’ est une récente relativement, c’est autour de la nineteenthcentury il est apparu comme une utilisation psychologique.

Il progressivement – en partie – supplanté l’ancien terme de mélancolie qui était devenu «lypémanie (‘ triste folie ‘) avec Esquirol (1819) et« maniaco-dépressive ‘à la fin du XIXe siècle, Emil Kraepelin à la description des syndromes est maintenant appelée« dépression majeure ( trouble bipolaire, ou légère: cyclothymie, etc.). Notez que Kraepelin a entendu la plupart du temps dans le sens de la psychose avec l’alternance d’épisodes maniaques – ou d’hypomanie – et la dépression.

Jusqu’à présent, le départ que tous ces termes sont souvent utilisés pour se référer à des entités qui contours ne sont pas clairement établies. Si l’on ajoute que les pays où ils n’étaient pas tous utilisés de la même tradition psychiatrique, que ce soit pour la nature ou de la terminologie des troubles décrits, il est compréhensible qu’une certaine confusion n’a pas été complètement abolie par la nouvelle classification internationale CIM ou DSM US.It n’est pas trivial, ni absurde de dire que – ou – dépressions en psychiatrie d’aujourd’hui sont des antidépresseurs pour traiter et bien que cela est loin d’être satisfaisante en termes d’épistémologie! Roland Gori me demande comment nous sommes arrivés à la propagation du diagnostic ‘déprimant’ classé comme un des fléaux de dépression de la santé à l’époque.Il s’interroge sur le fait qu’il est venu à un diagnostic qui est selon lui autant liée à des normes sociales avec la réalité d’une entité réelle qui serait la dépression diagnostiquée par «liquide» à une civilisation «liquide» (…) Peut-être le concept de dépression soft est qu’il cache la misère de cette civilisation qui nie la valeur de la mélancolie? se demande encore là. Il poursuit en disant qu’au-delà de un résident pathologie dans la mélancolie, les fondements de la subjectivité de l’individu.


Epidémiologie de la dépression

En France, la dépression frappe chaque année 3 millions de personnes âgées de 15 à 75 (deux fois plus de femmes que d’hommes). Sachant que deux cas n’est pas traité, ce chiffre est en hausse avec l’insécurité, le vieillissement et la solitude. Certaines études suggèrent qu’il y aurait:

Cette fréquence élevée de symptômes, indique la difficulté à classer un épisode de questionnement existentiel, la souffrance, la perte, ou une maladie organique; La question de la normale et pathologique a été travaillé par Georges Canguilhem.

Selon des études, en termes de handicap chez l’adulte, la dépression se classe quatrième (nombre d’années d’incapacité) à travers le monde et pourrait être placé en deuxième place dans les années 2020, juste après les maladies cardio-vasculaires.

Diagnostic

Le diagnostic de la dépression est devenue une question importante épistémologique. En effet, compte tenu de l’évolution des idées en psychiatrie, la pratique clinique tend à perdre du terrain aux systèmes par l’auto-ou hétéro-administré (par exemple: Le Hamilton Depression Scale, le Beck que de Yesavage, ou HAD …) qui ont le avantage de fournir des réponses quantifiables et l’inconvénient de trop souvent se substituer à l’évaluation clinique, la seule façon de mettre à jour les facteurs subjectifs propres à chaque patient, y compris des idées suicidaires. Ce diagnostic ‘syndrome’ congé ‘complètement dans l’obscurité tout ce qui pourrait ressembler ou indirectement, à quelque chose comme un diagnostic de structure, sachant que la référence est inférieure à un ensemble dénombrable continu». Just a également noté que les formes de ces échelles sont souvent distribués gratuitement à tous les médecins des spécialités par les compagnies pharmaceutiques afin de mesurer l’enjeu économique. L’examen psychologique est une technique de diagnostic pratiquées par des psychologues cliniciens et vise à clarifier la nature de la / ou / et de la dépression / s dans leur base structurelle de délimiter, par exemple, qui se rapporte à un de mélancolie (psychotiques) une dépression (névrotique ou les cas limites). Il est aussi, et à ce jour aucun marqueur biologique de la dépression.classifications DSM et CIM ont été d’abord pensé à la recherche et ne sont pas destinées à remplacer les connaissances cliniques et des praticiens de réflexion psychopathologique (psychiatres et psychologues cliniciens). La diffusion de ces systèmes de classification, l’impact avait quitté il ya les compagnies pharmaceutiques dans leur développement, poser des questions d’intérêt scientifique où la préoccupation n’est pas la seule cause. Notez que les domaines spécialisés de plus en plus tendance à reprendre leur approche en psychopathologie à éviter les biais commerciales qui ont servi à leurs patients.


Causes de la dépression

De plus en plus, et comme pour de nombreux troubles psychiatriques, la dépression est considérée comme résultant de l’interaction d’une gamme de problèmes psychologiques, biologiques, sociaux et génétiques. Cette formule est classique et qui peut représenter sous la forme d’une étoile: la dépression est le résultat d’une crise des facteurs présents se présente comme un «déclencheur» qui – c’est une tendance – trop souvent retient l’attention du clinicien qui bancaire, négligeant ainsi la synchronie diachronie, y compris l’histoire de la vie du sujet et de l’interaction de:

Hypothèses sur le biologique

Chaque état psychologique pourrait correspondre à l’état physiologique.Nous sommes habitués à traiter cet aspect en ce qui concerne le stress, par exemple, que nous nous connectons à l’adrénaline. Cela fait partie du langage populaire. Des études ont montré la présence d’un dysfonctionnement neurobiologique différents chez les personnes déprimées. Entre autres, les niveaux de sérotonine et la noradrénaline (neurotransmetteurs) sont impliqués dans la dépression.

Un certain nombre d’anomalies biologiques ont été trouvés dans le sang ou le cerveau de patients dépressifs. Il n’est pas toujours clair si ces anomalies sont causes ou les conséquences de la maladie, ce qui peut expliquer certains échecs de treatment.However de drogues, ils ouvrent la porte à de nouvelles thérapies pharmacologiques.

La recherche sur les causes de la dépression ont amené les chercheurs à examiner la chimie du cerveau. Dans les années cinquante, certains de la classe de neurotransmetteurs monoamines attiré l’attention. Ces neurotransmetteurs, tous dérivés d’un acide aminé, notamment la dopamine, la noradrénaline et la sérotonine. Nous savons maintenant qu’un mauvais fonctionnement du système de la noradrénaline ou de sérotonine contribue à la dépression chez certains individus, mais les neurotransmetteurs commencent à peine à révéler leurs mystères et même aujourd’hui, nous ne connaissons pas encore toutes leurs implications pour le comportement humain.Une hypothèse est que la recapture présynaptique des monoamines est trop élevé, ce qui crée un manque de ces neurotransmetteurs. Il a également été démontré que les neurotransmetteurs sont détruits lors de leur passage à travers des enzymes, des inhibiteurs de la monoamine oxidase.Norepinephrine est détruite dans une substance qui est la dose dans l’urine ou de l’or MHPG méthoxyhydroxyphénylglycol a été vu dans de nombreux excrétion urinaire de dépression MHPG (à partir de la noradrénaline) ont diminué. L’action de cette enzyme serait trop forte. L’hyperactivité de cette enzyme a été démontrée dans certains déprimés par un scanner du cerveau étude. C’est ce qui expliquerait l’efficacité de certains traitements déjà prescrits type inhibiteur de la monoamine-oxydase, communément appelé IMAO.


Une autre hypothèse est la présence d’une anomalie des récepteurs du cerveau. Cette théorie suggère une anomalie dans le nombre de récepteurs post-synaptiques. Elle concerne également les neurotransmetteurs monoamines, mais sur un modèle différent. Le nombre de récepteurs que les neurotransmetteurs se lient viennent après avoir traversé la synapse n’est pas fixe mais il change en fonction de la quantité de maintenir une transmission de l’influx assez constante:

Le rôle du cortisol, une hormone dont la production est augmentée en situation de stress, semble également crucial.Le taux est significativement augmentée en cas de dépression, secondaire à une augmentation de CRH. Par contre, les médicaments ciblant l’inhibition de sa production prouvé une efficacité décevante.

Les hypothèses sur les facteurs psychologiques

L’aspect biologique n’est pas exclusivement «la cause» de la première dépression. Comme la plupart des experts croient que la dépression est multi-factorielle (surdéterminé), tous ces facteurs interagissent les uns avec les autres. Les modèles psycho-dynamiques expliquer à leur manière, parfois complémentaires, parfois contradictoires e processus mentaux ou du comportement de la dépression (cf.behaviorism, psychanalyse, etc) ..

Pour les spécialistes du béhaviorisme, explique que lorsque les gens sont déprimés, ils ont tendance à voir la réalité de façon plus négative. En retour, cela amplifie les émotions plus négatives dépressifs.D’autre part, les interprétations négatives de la réalité et le comportement influence déprimante émotions (par exemple de premier plan de la passivité) qui à leur tour avoir un impact sur les pensées et les émotions. Pour les psychanalystes, il ya aussi des facteurs qui sont souvent inconscient intrapsychique par des exemples de processus de deuil, la peur de perte d’objet ou d’autres conflits. Freud dans «Deuil et mélancolie, Karl Abraham et Melanie Klein, etc., A ouvert le champ d’une compréhension profonde de la dépression.

En dehors de ces points de vue qui sont importantes pour le traitement, toutes sortes d’échelles ont été établies typologies (cf. Ernst Kretschmer) et les facteurs prédisposants, à la dépression (voir par exemple les profils de la dépression Fr. Lelord et C. André). Il ya plusieurs autres comme ceux qui mettent en avant le ‘taux’ de situations de stress (décès, accident, déménagement, etc. Etc) classées selon l’impact qu’ils sont censés avoir l’aspect d’une dépression. Toutes ces échelles comportent des événements externes et d’essayer d’expliquer les dépressions dites réactives.

Les hypothèses sur les facteurs génétiques

Il est reconnu que la dépression de certains facteurs héréditaires jouent un rôle dans la création du déséquilibre chimique dans le cerveau lorsqu’une personne vit une dépression.Bien que certains gènes sont impliqués dans la dépression, il ne semble pas qu’ils manqueront pas de provoquer la maladie. Ils se contenteraient de transmettre la susceptibilité à entrer plus facilement dans un état de dépression. La sensibilité lors d’un événement en dehors d’une personnalité particulière pourrait transformer en véritable dépression. La contribution de la génétique de la dépression est d’environ un tiers (ce qui est moins que la schizophrénie ou le syndrome bipolaire). Cette héritabilité est plus important de graves ou survenant au début. Il est également important de comprendre que quel que soit le facteur qui a précipité une personne dans un état dépressif, la voie finale commune de la dépression, pour ainsi dire, implique un déséquilibre de certains neurotransmetteurs dans le cerveau.

Plusieurs gènes sont à l’étude. Parmi ces derniers, la présence d’un polymorphisme du gène du transporteur de la sérotonine (5-HTTT) serait significativement associée à la survenue d’une dépression réactionnelle au stress de la vie quotidienne.

Les hypothèses relatives au social

Les séparations dans la petite enfance ou de la petite enfance font qu’il est souvent plus enclins à la dépression à l’âge adulte (cf. les études de René Spitz).

Un environnement difficile (rythme de vie effréné, soucis professionnels et / ou familiales, chômage, divorce, deuil, l’isolement, de déplacement, de réinstallation) pourrait la rendre plus sujette à l’apparition et / ou le maintien d’une importance depression.The et la qualité du soutien que nous recevons par nos relations interpersonnelles (famille, conjoint, enfants, amis …) peut nous protéger contre le stress et les tensions de la vie quotidienne, et de réduire le stress physique et émotionnel des réactions, dont l’un peut être la dépression. D’autre part, l’absence d’une relation étroite, la confiance peut augmenter le risque de dépression.

L’humeur (ou de thym) dépressifs

On observe au cours de la dépression un ensemble de symptômes organisé autour d’une perturbation de l’humeur appelé humeur dépressive (dépression ou de thym). L’ambiance terme, on entend la fourniture de base émotionnelle oscillant donnant agréable ou désagréable expérience entre les deux extrêmes de plaisir et de douleur. L’humeur peut être normale (ce qui est appelé euthymie), expansive ou hyperthymique comme dans le syndrome maniaco, ou triste ou mélancolique, comme dans le syndrome dépressif.

L’humeur dépressive est un révélés négatifs (distorsions cognitives) de la relation du sujet au monde et lui-même:sentiment que sa vie est un échec, la situation désespérée, la perte future impossible, de plaisir (anhédonie) et d’intérêt. Au cours du syndrome mélancolique, une sensation douloureuse qui est poussé à son paroxysme, et il est appelé chagrin.

La variété de symptômes associés à la perturbation de l’humeur, les modèles évolutifs, les contextes d’apparition a conduit à proposer des classifications des troubles dépressifs, qui ont varié au fil du temps. Il est également utile pour différencier les dépressions de différents âges de la vie, qui conduisent à l’image très différente.

Traitements

Nous n’avons pas traiter la dépression de la même manière le nourrisson, enfant, adolescent, adulte ou personne âgée! Pour les adultes, le chapitre sur le traitement est extrêmement difficile à traiter: tout est dit, essayé et «vendu» sur le traitement de la dépression: de la marche, les exercices, la pensée positive, la psychanalyse à travers le CCI, la thérapie, Voyage lumière, etc. etc., à l’électrochoc ou la psychochirurgie. Le fait que la «dépression» sont entendus d’une série de troubles qui ne simplifie pas les choses et l’aspect commercial (antidépresseurs) s’y rapportant. Nous devons également aborder avec prudence les recherches statistiques qui parfois – trop souvent – à nouveau démontrer la partialité de ceux qui faisaient que des résultats fiables et significatifs à long terme.Il est préférable de commencer par demander l’aide de spécialistes (cliniciens psychiatres, psychologues,) avant de passer à la légère. Fondamentalement, il est généralement admis que la psychothérapie et les antidépresseurs agissent au mieux, souvent conjointement, psychotropes que rarement. Tout dépend aussi, bien sûr, et encore une fois l’âge du patient, le type de dépression et de leur propre histoire ainsi que les causes identifiables de ‘la’ dépression (traumatisme, l’accouchement, l’épuisement professionnel, etc) ..

← Article précédent: Dépression adolescence Article suivant: Désir


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles