/*

Les fantasmes

Vous êtes ici : Accueil » Sexualité psychologie » Les fantasmes

Définition :

Le fantasme est une fixation mentale pouvant conduire à des actes excessifs. Dans le domaine de la sexualité, il s’agit d’un scénario érotique, imaginaire ou non, provoquant une excitation sexuelle.

En sexualité, le fantasme est un scénario érotique ou imaginaire provoquant une pulsion ou une excitation sexuelle au point d’être assouvie mais pas nécessairement, du fait de l’auto-censure sociale ou religieuse.

Fantasme en psychanalyse :

  • La traduction de l’allemand « Phantasie » inventé par Sigmund Freud, compromis entre deux termes existants: phantasme (hallucination) et fantaisie (la capacité à imaginer).

Le fantasme se comprend comme une élaboration dérivée de plusieurs éléments, mettant en jeu différentes pulsions .Il s’agit d’un compromis élaborant différents matériels, dont certains sont conscients et d’autres inconscients.

Le fantasme peut témoigner d’une fixation de la sexualité à un stade psychosexuel ( oral ou anal); il est, donc, le résultat d’une régression.
La capacité à fantasmer signe une certaine “normalité psychique”. Le fantasme permet ainsi une régulation psychique des désirs inconscients, nécessaire à la bonne santé mentale.

  • J. Laplanche et J.B. Pontalis (Vocabulaire de la Psychanalyse, V° Phantasme, P.U.F., Paris, 1971, 3ème édition) définissent le fantsme comme un “scénario imaginaire où le sujet est présent et qui figure, de façon plus ou moins déformée par les processus défensifs, l’ accomplissement d’un désir et, en dernier ressort, d’un désir inconscient”.
  • Chez Melanie Klein, l’ensemble de la vie psychique ne saurait être compris que comme fantasmatique.

Les fantasmes sexuels à l’adolescence :

Les parents sont le premier objet d’amour pour l’adolescent.

En effet, il a maintenant acquis la force et la maturité physique potentielle pour éliminer son parent « rival » et avoir des relations sexuelles avec l’autre parent.

La puberté met donc en péril « l’interdit de l’inceste » entre parents et enfants, ces désirs interdits sont présents chez tous les ados, même s’ils ne s’expriment pas toujours de façon explicite.

Lorsque les parents adaptent progressivement leurs attitudes en fonction des transformations de leur enfant,l’adolescent sera rassuré que ses fantasmes ne deviennent pas réalité, et que ces rêveries n’appartiennent qu’à son monde secret et intime.

Avant de faire l’amour pour la première fois, l’adolescent fantasme sur, la façon dont ça pourrait se passer. En faite, Durant l’adolescence, notre imaginaire peut également se mettre à fonctionner, suivant une photo que l’on a vu, un film regardé, un livre lu. Ainsi l’adolescent consciemment ou inconsciemment pensera à ça et se créera un fantasme, qui pourra ressurgir plus tard dans sa vie d’adulte. En effet l’esprit va lier la scène vue ou lue avec notre désir sexuel. Ce fantasme surgira plus tard, d’une manière aléatoire.

Les fantasmes sont, donc, très importants à l’adolescence, ils préparent l’adolescent à la rencontre amoureuse et sexuelle future. Car le premier rapport sexuel est une expérience très importante dans la vie sexuelle adulte et parfois bouleversante.

Masturbation et fantasmes :

Au cours de la masturbation, 75% des hommes et des femmes ont recours aux fantasmes pour obtenir une excitation sexuelle.

Les femmes fantasment<strong>, généralement, sur un partenaire de remplacement qu’elles ne connaissent pas, alors que les hommes <strong>fantasment plus souvent sur une personne connue dans leurs entourages.

Lors d’un rapport sexuel, la mise en jeu des fantasmes est moins fréquente que lors de la masturbation car “l’objet d’excitation” est présent.

Au début de la relation de couple, les partenaires n’auront pas besoin de fantasmes pour faire naître le désir l’un de l’autre. Tandis que, pour les couples, constitués depuis longtemps, les fantasmes participent au déclenchement de leurs désirs et leurs excitations réciproque.
L’absence d’une vie fantasmatique peut être responsable, dans certains cas, d’impuissance et d’anorgasmie.

Ce qui fait fantasmer les hommes

D’après une enquête réalisée, 50% des hommes fantasment sur la sodomie et la fellation. D’autres fantasmes tel que le voyeurisme, l’exhibitionnisme, la sexualité de groupe,l’échangiste, le triolisme, une expérience homosexuelle, et le sadomasochisme sont également mentionner par la majorité des hommes.

Ce qui fait fantasmer les femmes :

Le fantasme de viol est le fantasme féminin le plus répondu.

En fait le viol en tant que tel n’est pas souhaité, ces femmes “jouent” à la violence, mais tout se passe dans la sécurité de leur couple. Ce fantasme cache rarement un réel désir d’être violée.

Selon le sex-analyste Claud Esturgie, le sentiment de culpabilité est omniprésent chez ces femmes. Lorsque l’éducation sexuelle est stricte, le sexe est tabou, tout se passe comme si la mère continue à juger sa fille, la mettant en garde à chacune de ses rêveries sexuelles. Ces femmes ont pu développer à travers la masturbation une grande culpabilité. Pour elles, le plaisir administré de force atténue le sentiment de culpabilité. C’est ainsi qu’elle surmonte la culpabilité et la canalisée pour donner plus de plaisir.

D’autre fantasmes plus répondus chez la femme, tel que le fantasme du remplacement du partenaire habituel,les caresses bucco-génitales, l’exhibitionnisme, une expérience homosexuelle, une expérience échangiste, le triolisme, le masochisme.

La réalisation des fantasmes :

Certains fantasmes sont irréalisables, comme les scènes de violence ou de viol par exemple. D’autres sont plus réalisables comme le voyeurisme, les différentes positions et faire l’amour avec plusieurs partenaires. Mais, il faut faire attention, le fantasme n’est pas toujours, bon à vivre, sa réalisation peut provoquer l’effet inverse.
Pour réaliser ses fantasmes, il est nécessaire d’en parler avec son ou sa partenaire.

La signification des fantasmes :

Selon Freud, l’inconscient s’exprime à travers les fantasmes et les désirs refoulés plus ou moins déformés. Ces derniers prennent leurs origines de la complexité du vécu infantile et des processus qui ont conduit à la formation de notre personnalité.
Il existe un écart entre les désirs conscients et ceux qui se cachent derrière les fantasmes car si ces désirs ont été refoulés c’est parce qu’ils sont incompatibles avec la façon de se concevoir. Si ces fantasmes apparaissent c’est que la barrière érigée pour qu’ils ne perturbent pas la vie consciente, n’est pas complètement hermétique mais malgré tout suffisante pour que nos désirs inconscients se cantonnent au monde de l’imaginaire.
Quand ses fantasmes s’éloignent des normes en vigueur, l’individu y voit le signe d’une anomalie.

En fait, ces fantasmes hors normes ne différent pas dans leur constitution de fantasmes plus anodins. Ils expriment des désirs inconscients plus ou moins déformés par des processus défensifs. Il n’y a sans doute pas plus de risques de passer à l’acte que pour d’autres fantasmes. Mais la situation est plus dangereuse. La consultation d’un professionnel est donc nécessaire, l’individu pourra accéder à la signification profonde de ses fantasmes ; les relier à son histoire, à ses conflits psychiques.

Conclusion :

Les fantasmes sexuels sont indispensables pour le bon fonctionnement sexuel. Certains auteurs considèrent l’imagination comme une « véritable zone érogène intrapsychique ». Le manque de la libido et la difficulté d’obtenir un orgasme, peuvent être traités par la réactivation de la vie fantasmatique. Le fantasme est le moteur du désir sexuel, il est la cause et la conséquence d’une sexualité épanouie.

Les fantasmes

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié