Definition de l’anorexie

> > Definition de l’anorexie ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 11 novembre 2014

                                                                                                                                                                                                                                   

Définition de l’anorexie:

L’anorexie mentale est un trouble psychologique qui entraîne des troubles alimentaires et la perte de poids. Il s’agit d’un trouble de la perception du corps: les filles se sentent trop grosses,eIles vont sans manger, en particulier les sucres et les graisses. Souvent, ces restrictions alimentaires sont accompagnés par d’intenses activités physiques ou intellectuelles, toujours dans la crainte de devenir gros.

En fait, l’anorexie est définie principalement par la perte de poids et réduction de l’IMC (indice de masse corporelle). L’IMC est calculé en fonction de la hauteur et le poids est le poids divisé par la taille au carré: IMC = poids / taille au carré (poids en kg et la hauteur en mètres au carré). Cette mesure n’est valable que pour un adulte .

Nous parlons de l’anorexie lorsque l’IMC est inférieur à 17,5. Nous considérons qu’il ya un danger lorsque l’IMC est inférieur à 14.

Même si il y a plusieurs définitions de l’anorexie ,on distingue deux grands types d’anorexiques.

Le type de l’anorexie restrictive:

ce sont les personnes qui limitent leur alimentation.

L’anorexie avec crises de boulimie / vomissements ou prise de laxatifs:

les jeunes femmes alternant restriction alimentaire et la boulimie, et elles se font vomir après avoir mangé.

L’IMC est un bon “outil” permettant de diagnostiquer l’anorexie. Cependant, dans la mesure où la maladie commence à l’adolescence quand la fille n’a pas fini de grandir, l’IMC n’est pas suffisante, et doit alors se référer aux courbes représentées dans le dossier de santé.

Causes de l’anorexie:

Malheureusement, les causes de cette maladie demeurent obscures. Il y a plusieurs hypothèses: génétiques, psychiatriques, socio-culturelles. Au contraire, elle est multifactorielle.

Chacun a sa propre histoire et sa propre personnalité. En Psychopathologie, nous considérons l’anorexie comme un comportement de dépendance. Il y a une mauvaise intégration de l’image corporelle avec une difficulté particulière de s’identifier avec une femme adulte sexuellement. L’anorexie est une forme de protection contre la sexualité des adultes par l’intellectualisation et la privation de nourriture.

Profil type de l’anorexique:

Il y a autant d’anorexiques que d’ anorexies. Pourtant, il y a des traits communs à de nombreux anorexiques. Tout d’abord, un fort sentiment de culpabilité. En faisant un raccourci, on pourrait dire que la jeune fille se sent coupable (rejet d’un divorce des parents, en amour, les pratiques sexuelles du ressentiment, etc), elle se sent très fortement un sentiment d’injustice et, par conséquent, elle doit être punie. Il se prive, inconsciemment, tout le plaisir, le premier étant le plaisir de la nourriture.

Mais la maladie elle-même conduit à la privation de nourriture, aussi un fort sentiment de culpabilité. Être mince est une sorte d’excuse qui permet de garder l’anorexique, ou pour se sentir à garder le contrôle sur un environnement qui semble dangereux.

Les jeunes anorexiques sont souvent de bonnes élèves, très travailleuses.EIles ont tendance à être très actives et de passer librement.

Un autre trait commun: la jeune femme a tendance à être dans le déni de sa maladie, et elle est également préoccupée exagérément de son alimentation et de poids.

Il est difficile de détecter une anorexie précoce. Alors quels sont les signes qui mettent en alerte?

Une fille qui n’a plus ses repas avec ses parents. sous prétexte, par exemple, qu’elle a des devoirs à faire puis s’enferme dans sa chambre avec une plaque.

Une jeune fille qui prétend vouloir devenir végétarien du jour au lendemain et commence à choisir ses aliments avec trop de soin.

Une jeune fille obsédée par son poids.

Une fille qui travaille trop. L’anorexique a tendance à intellectualiser beaucoup. Elle est une perfectionniste et se jette dans le travail. Cela peut être un travail intellectuel comme une activité physique intense.

Une jeune fille qui semble déprimée, ou, au contraire, trop euphorique.

Une fille qui n’a pas de règles.

La difficulté à détecter cette maladie aussi vient du fait que le «symptôme» est refusé. La jeune fille refuse en effet l’objet d’aucune troubles de l’alimentation. Au lieu de cela, elle se vante d’aller très bien et se sentir bien.

Il est souvent très difficile pour les parents d’intervenir directement. L’entourage se sente impuissant … Personne ne sait comment résoudre le problème. Premièrement, la maladie apparaît lorsque la “crise d’adolescence» dans laquelle la communication entre les parents et les enfants n’est pas toujours facile. Souvent, les anorexiques jeunes est en souffrance de la famille lorsque la communication est parfois une source de conflit.

Puis la jeune fille sait qu’elle est malade. Elle souffre d’anxiété, la dépression parfois, et ne pas gaspiller ce n’est pas évident. Il est difficile pour les parents à parler directement avec leurs enfants de l’anorexie. Et lorsqu’ils le font, la solution ne se pose pas facilement fournie. Il y a des moments de doute, l’anxiété … Certaines familles gardent (à tort) leur secret. D’autres parents ont besoin de parler et d’être soutenus.

Parler avec l’anorexique:

Les parents devraient parler et surtout ne pas rester dans le déni. La meilleure façon est peut-être par un tiers de la jeune fille qui la mettra en confiance: le médecin, par exemple, à condition que cela prend du temps pour parler avec sa jeune patiente.

En raison de ses symptômes, la jeune fille éprouve un sentiment de contrôle et de maîtrise sur elle-même et surson environnement. Il ne s’agit donc pas nécessairement d’un «intérêt» à se séparer de ce symptôme, au moins au début de sa maladie.EIle aura donc tendance, dans son discours pour donner des arguments rationnels (option végétarienne, des raisons professionnelles ou choix esthétique …) pour justifier son comportement alimentaire.

La jeune fille anorexique est souvent une puce et un peu de manipulation, avec laquelle il est difficile de répondre à la question de la pathologie. Tout cela crée beaucoup d’anxiété, à la fois pour le jeune patient et sa famille et ses aidants. Le médecin a un rôle à créer une «alliance thérapeutique». La thérapie familiale peut être recommandée.EIle aura pour effet de disculper la jeune fille.

Parfois, l’hospitalisation s’avère nécessaire:

Dans les cas graves, l’hospitalisation est nécessaire. Cette rupture avec le milieu familial peut être bénéfique. Cela permet à la jeune fille à entrer dans d’autres relations, relations qui lui sont propres et aura le sentiment d’exister par elle-même.

Malheureusement, les différents traitements contre l’anorexie peuvent avoir une efficacité limitée. Dans un tiers des cas, les filles se portent bien. Pour un autre tiers, les symptômes persistent, avec un faible poids, les problèmes psychologiques et une rechute est possible. Pour le dernier tiers, la maladie s’aggrave et nécessite l’utilisation de soins continus. Vous devriez savoir que les jeunes meurent de cette maladie (la malnutrition, le suicide).

La principale difficulté est le refus de tout traitement. En début de la maladie, la jeune fille ne se considère pas comme malade. Et c’est là que réside le problème. Il faudra que l’anorexie soit traitée le plus tôt possible avant que le trouble ne devient chronique.

← Article précédent: Definition angoisse Article suivant: Le déni de grossesse


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site