Baise en couple

> > Baise en couple ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 29 septembre 2014

Le délire est une perte du sens de la réalité, qui se manifeste par de fausses croyances, qui relie le sujet totalement. Delusions se produire dans les psychoses. idées délirantes affecte le fonctionnement de la psyché et de l’intégrité de la personnalité.

L’illusion est liée aux thèmes, les croyances, les convictions de la vie imaginaire, qui est pris pour la réalité et tend à se développer et d’organiser toute la vie.

Décision réalité est que le patient a un caractère subjectif à la fois, n’est pas partagée par les sujets de la même origine culturelle, et inébranlable, comme l’expérience que la démonstration logique sont incapables de les changer.

– L’imagination est sans bornes, et il provient de l’univers fantasy. La narration est l’exemple le plus typique, le sujet vit son rêve et y croire complètement.

– Le patient interprète les faits et voit des signes partout, raisonnement découle d’une sensation réelle, un fait vrai, que prendre à la suite de fausses déductions, une signification personnelle pour le patient.

– Les hallucinations sont constants sensorielle (auditive, visuelle, olfactives, gustatives, tactiles, …) ou psychiques, ils sont «perceptions sans objet à percevoir.’

Delirium peuvent être systématisées ou non.Delirium est une structure délire systématisé paranoïaque. Le délire est bien construit, cohérent, logique. La croyance du patient est inébranlable. Ces délires cause de comportement antisocial et rendre les patients dangereux. Les illusions de l’interprétation se rapportent à un délire paranoïde, même si elles ne sont pas accompagnés par la mégalomanie constante. L’idée de persécution, toutefois, prédomine. Dans tout ce qui l’entoure, dans tout ce qu’il entend, dans tout ce qu’il lit, le patient découvre messages, des insinuations, mises en garde de ce montant à des menaces. En tout, il voit une sorte de langage codé qu’il suffit de déchiffrer afin de détecter les intentions de l’ennemi ou son délire abuse.This est l’incarnation même du délire systématisé, structuré. Parfois, il se glisse dans des formes moins réaliste et semblable aux manifestations de la schizophrénie.

L’érotomanie est un délire paranoïde. Ce terme ne renvoie pas à la frénésie sexuelle psychiatriques. L’érotomane imaginer être aimé par quelqu’un d’un statut social généralement plus élevés ou ayant un certain prestige. Les obstacles que rencontre son amour peut conduire aux pires excès. Autres idées délirantes sont moins systématiques. Delirium est alors moins cohérent. Le patient garde un flou, un doute dans ses croyances délirantes. Il s’agit de la structure paraphrénie délires.Les patients doivent séparer leurs thème du délire de leur comportement quotidien qui est logique. Ces délires fantastiques exprimé que les thèmes de l’extravagance et de la communication céleste sont communs.

Peu ou pas d’illusions systématisées sont plus étanches, contradictoires, absurdes. C’est le délire paranoïaque de la structure qui est le plus souvent vu dans la schizophrénie.

Forum Santé Forum Psychologie Nutrition

C’est lui. C’est her.How savons-nous que nous aimons? Comment déclarer ses sentiments à l’autre? Pouvons-nous rester dans l’amour? Expériences et des conseils de spécialistes en relation amoureuse.

Philosophiques et psychologiques voyage au cœur des livres …

Il était une fois une fille qui est tombée amoureuse chaque semaine. Qui avait épousé. Et paf. Elle doigt …

33 ans, 3 enfants, divorcée. Quitte Paris.

Psychologies Magazine

en Janvier

Résumé de la visite

Psychologies Magazine

en Janvier

Résumé de la visite

L’amour, c’est un sentiment d’affection et d’attachement à quelqu’un ou quelque chose qui pousse ceux qui se sentent une proximité à la recherche, qui peut être physique, spirituel ou même imaginaire, avec l’objet de cet amour, et d’adopter un comportement particulier (plus ou moins rationnelle) en conséquence.

Le mot amour peut faire référence à une variété de sentiments et de comportements, états, allant de plaisir habituellement associée à un objet ou une activité (‘j’aime le chocolat’, ‘J’aime danser’) à une profonde attirance ou intenses pour une ou plusieurs personnes ( ‘J’aime mon mari,’ J’aime mes enfants ‘). Cette diversité d’emplois et significations du mot, il est difficile de définir un pays uni et universel, même en comparaison à d’autres états émotionnels.

En tant que concept général, l’amour se réfère principalement à un profond sentiment d’affection envers une personne. Cependant, même cette conception spécifique de l’amour d’une large gamme de sentiments différents, allant de l’ardent désir et l’amour romantique, de fermer l’appel d’offres sans sexualité de l’amour de la famille ou l’amour platonique, et la dévotion spirituelle de l’amour religieux. Amour sous toutes ses formes constitue un facteur important dans les relations sociales et occupe une place centrale dans la psychologie humaine, qui est aussi l’un des thèmes les plus courants dans l’art.

Love in Religion

Principe fondateur de la religion chrétienne, les sociétés judéo-chrétiennes sont fortement influencés par la notion religieuse de l’amour. L’amour est un facteur qui peut pousser un individu à avoir foi en son Dieu. La théologie est la spécialité qui traite de ce sujet. L’amour du prochain est définie comme une force intérieure qui pousse un individu à rechercher la paix et de le partager avec d’autres. Le désir d’amour conduit à être avec un autre ou d’autres, celui-ci acceptant de recevoir et de donner à qui parler, à vivre avec, de comprendre, d’assistance, etc.

Dans le bouddhisme Mahayana et Vajrayana (bouddhisme vietnamien, chan, zen, lamaïsme), l’Amour est l’un des quatre qualités d’être que le praticien doit développer l’un des Quatre Infinis »ou« Quatre »incommensurables: l’amour, la compassion, la joie et l’équanimité. Les tibétains définissent l’amour comme un désir du bonheur d’un autre, la compassion, un désir de cessation de la souffrance des autres, la joie, comme une contribution à son bonheur; équanimité comme étant de même attentif à tout et être tout sans établir un attachement particulier . Tout praticien du bouddhisme mahayana est comme le ‘boddhicitta -‘ l’esprit d’éveil ‘-:souhaitez obtenir des qualités illumination ou spirituelle pour le bien de tous les êtres, et, finalement, enfin débarrasser de la souffrance humaine. karuna (sansk.) est traduit par «compassion» en français et «bonté» en anglais, une activité d’attention aimante à l’autre. Au Tibet, il décrit l’attitude de compassion que la mère attentive à son encontre des enfants.

Dans le bouddhisme Mahayana, en général, la compassion, ou «bonté» est de développer conjointement la sagesse (comprendre la nature de réel, des phénomènes objectifs, la philosophie du non-soi, etc.) Sagesse permet de renoncer à l’idée de soi, si les tendances ou l’ego narcissique. En tant que tel, il participe à l’émergence de la même manière, la sagesse exige une grande compassion pour être présent ‘compassion infinie.’: L’extinction de l’illusion de soi, pour les bouddhistes, exige un dévouement infini, un énorme sacrifice. En outre, pour les bouddhistes du Tibet, la sagesse et la compassion (ou ‘bonté’) de développer une autre jusqu’à ce que le praticien de plomb dans une ‘terre pure’ de bodhisattva – c’est-à-dire jusqu’à ce que «l’actualisation de l’amour humain, la joie, la compassion et sérénité.

Dans le bouddhisme, au début, les enseignements du Bouddha, cette vision de l’amour n’est pas.Le Bouddha insiste surtout sur le détachement qui a conduit à la suppression du désir, et donc au bonheur durable (cessation de la souffrance, le nirvana). Seulement dans le I ° et IVe siècle de notre ère. AD bouddhisme Mahayana apparaîtront pour lesquels la part de la compassion et l’amour pour l’autre mesure incitative pour l’ascèse et la méditation.

Pour bouddhismes de l’évolution du Mahayana et Vajrayana, amour, la compassion et la joie ne sont pas des émotions mais des qualités réelles de beings.Emotions comme la colère, la jalousie, la peur, la cupidité, l’orgueil, la passion, ne peut pas durer, ils sont transitoires et sont dérivés de l’attachement et le désir. Au contraire, l’amour, la joie et la compassion peuvent augmenter indéfiniment sans être nécessairement dépendant sur un objet ou la présence d’un être. Le praticien peut porter en lui, de développer et infiniment au-delà de tout attachement.

approche biologique

Zoologie: comportements amoureux chez les hominoïdes

Zoologie, la vie et le comportement sexuel humain ont beaucoup en commun avec ceux des autres primates, et plus généralement avec tous les mammifères.L’observation de l’espèce la plus proche d’Homo sapiens, le chimpanzé nain ou bonobo Congo (Pan paniscus), ainsi que d’autres grands singes, suggère que l’amour est simplement une forme évoluée de phénomènes existants chez nos cousins sous une forme atténuée.

Physiologiquement, le coït comme observé chez les homo sapiens n’est pas différent de l’accouplement entre le contraste apes.In grande, la séquence de l’amour, les premières approches, de la séduction jusqu’à l’accouplement, semble avoir évolué en parallèle avec l’élargissement du cortex cérébral qui a été doté notre espèce au cours de son évolution récente. Idéation compétences, l’imagination, l’anticipation et la stratégie qui en découle ont compliqué le processus à l’extrême.

L’engagement continu, la formation de couples relativement stables s’observe également dans nos cousins, mais sans atteindre la diversité des comportements individuels, la durée et le rôle fondamental de l’imagination dans la vie l’amour humain.

Un autre facteur qui nous distingue des singes, avec des conséquences énormes, est presque une disponibilité constante de la femelle humaine à l’accouplement, qui n’existe pas chez les autres mammifères.

Les zoologistes ont également été intéressés par l’avantage concurrentiel, en termes de l’espèce qui donne l’amour tel qu’il se manifeste chez l’homme.Il semble être nécessaire pour assurer le couple pendant la période d’extrême vulnérabilité des jeunes, elle-même suivie par la phase de développement de l’intelligence d’un adulte moments, par rapport à leurs homologues dans les espèces apparentées, sont extrêmement longs.

En outre, les comportements sexuels se produisent dans des conditions extrêmement variable chez les animaux. D’un point de vue évolutif, la grande variété d’influence de la diversité romantique comportement des espèces.

aspect neurologique et biochimique du sentiment amoureux

Les études animales ont montré de l’attachement que les différents types d’attachement (filial, romantique, fraternelle, amicale, un animal, un habitat, un environnement ou un objet) ont en partie commune bases neurobiologiques. Chez les humains, l’attachement ‘romantique’ concerne essentiellement les mêmes régions du cerveau ainsi que des structures impliquées dans la récompense. Pièce jointe ‘romantique’ dépendrait, au moins en partie, le context.Indeed socioculturel, nous observons que dans les sociétés où l’activité se déroule simplement et érotique attachement romantique quotidienne est moins marquée et plus ‘calme’ dans les passions et les extases de l’amour romantique Ouest », qui aspire comme une fournaise» pour un idéal impossible romantique.Plusieurs auteurs ont insisté sur la similitude entre certains aspects de la passion (altération de l’état mental, l’humeur exaltée, pensées intrusives de l’être aimé …) et certains troubles psychiatriques (par exemple observé dans le trouble bipolaire et obsessionnel compulsif). Schématiquement, il semble que l’implication du système de récompense, un facteur essentiel à la sexualité humaine, induit une «dépendance» à être «aimé» qui mènent à des états de «disparus» lorsque cet article sera unavailable.These états mentaux induits par intenses passions amoureuses sont la source non seulement des réalisations remarquables dans les arts, la poésie et la littérature, mais aussi des changements individuels (tentatives de suicide, crimes passionnels …) et sociales (selon la légende, la guerre de Troie a été causé du fait de l’enlèvement de Helen par le prince Paris, qui a été séduit par sa beauté extraordinaire).

Quant à l’amour maternel, les animaux, l’interférence avec un processus naturel, comme l’attachement perturbe l’accouchement de la femme à sa progéniture. Ainsi, «le mouton parturientes qui ont subi une anesthésie épidurale ne montre pas le comportement maternel.’

approche anthropologique

Love

← Article précédent: Baise de couple Article suivant: Bebe pleure

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié