/*

Personnalité sensitive

Vous êtes ici : Accueil » Psychopathologie » Personnalité sensitive

Définition de la personnalité:

La personnalité terme peut être défini comme la synthèse des éléments qui constituent la santé psychologique et mentale d’un individu. Cet ensemble d’éléments contribue à l’organisation, la conformation d’une personne handicapée mentale de donner une expression particulière, la physionomie. La personnalité n’est pas seulement l’approche psychologique. En effet, les caractéristiques morphologiques et physiologiques d’un individu contribuent à la formation de sa personnalité. Pour les psychologues l’organisation dynamique de ces composants coopèrent à la cohésion de l’ensemble et montrer la personnalité dans sa globalité et son unité. En psychanalyse, le moi est l’organisme chargé de maintenir l’unité de la personnalité en s’adaptant ainsi au principe de la réalité, la satisfaction partielle du principe de plaisir et le respect des interdits du surmoi.

• Le Moi: Il est en grande partie dans l’inconscient, mais ce n’est pas tout à fait immuable. L’ego tente d’établir un équilibre entre les tabous et la répression du surmoi, les désirs et les nécessités Identifiant l’action sur le monde extérieur et la vie sociale.

• Le ça: Il est dans l’inconscient et il est immuable. Il est le composant de la personnalité le plus primitif. Il est le réservoir de la libido, du désir sexuel, mais aussi d’autres désirs, comme le désir de domination, de maîtrise, de jouissance et de connaissance. Le «ça» est toujours à la recherche de la gratification immédiate.

• Le Surmoi: Il est dans l’inconscient et il est immuable. Il repousse et censure les désirs émergeant du ça de manière archaïque et infantile. Ceci est en partie l’intériorisation des désirs des parents.

La personnalité se compose de traits (caractères). Ainsi nous parlons d’individus caractérisés par une certaine stabilité, par des troubles de la personnalité, d’autres caractérisés de réserve, de l’expansion (ouverture sur autrui), etc. Il est donc possible de définir la personnalité comme l’ensemble des éléments qui caractérisent une personne dans son unité et sa permanence, et ce vis-à-vis de son environnement et vis-à-vis de lui-même .. Les troubles de la personnalité sont le résultat, en définitive,du dysfonctionnement renforcé, d’un ou de plusieurs des caractéristiques mentionnées ci-dessus. Cela peut être le résultat d’une situation due à une perturbation psychologique et émotionnelle, au stress, aussi ,le traumatisme peut conduire à l’émergence d’une véritable pathologie psychologique.

Les tenants et les aboutissants de la personnalité ,aussi bien leur approche et que leur compréhension utilisent des concepts de la psychanalyse, de la neurobiologie, mais aussi et surtout du comportement. Les premières années de la vie sont sans doute essentielle pour comprendre la personnalité d’un individu.

Il est essentiel de distinguer entre la notion de troubles de la personnalité et ceux de la personnalité pathologique.

Troubles de la personnalité:

 Les troubles de la personnalité sont le résultat de l’altération de son unité, et de son développement,ce sont également le sentiment vague que nous avons chacun de ses états représentés par les sensations consciente de notre propre corps. Les phénomènes de la personnalité multiple, la modification du schéma du corps d’automatisation et la dépersonnalisation de troubles mentaux font partie de la personnalité. Les troubles de l’identité, de son côté, se traduisent par divers manifestations tels que le délire, le déni, délire mystique, etc.. Troubles du développement de la personnalité apparaissent principalement chez les personnes déficients mentaux. Toujours dans le cadre des troubles de la personnalité, troubles de la personnalité cénesthésique se produisent le plus souvent au cours de la dépression, la mélancolie et chez les personnes ayant du délire obsessionnel hypocondriaque.

Personnalité pathologique:

 Les troubles de la personnalité sont caractérisés par la survenue de l’état d’équilibre avec une déviation quantitative de la personnalité dite normale. Dans ce cas, ils sont les types de comportement et des styles de conduite qui sont considérés comme anormaux,il y en a toute une variété de personnalités dites pathologiques à savoir  :la personnalité limite ,la personnalité compulsive,La personnalité antisociale ,La personnalité dépendante ,La personnalité névrotique,La personnalité passive-agressive et la personnalité sensitive .

Personnalité sensitive:

Le patient est cliniquement hyperémotif, scrupuleux, perpétuellement insatisfait. Il demeure très vulnérable et susceptible. Il y a toujours une dimension négative d’interprétation de son environnement marqué par un isolement social relatif. Le patient vit dans un état d’esprit suspect. Mais il est discret, sans réclamation contrairement à la paranoïa. Sur cette personnalité peut se développer un délire dit de «relation», ou de décompensation dépressive survenant de façon répétée sur les idées de préjudice soit à l’entourage professionnel ou familial. Ces patients peuvent bénéficier d’une psychothérapie individuelle et de médicaments pendant la décompensation psychiatrique (antidépresseurs et des neuroleptiques),bien évidemment suite examen et prescription d’un psychiatre .

La personnalité sensitive est une forme de dépression,c’est une maladie chronique , elle n’appartient pas au groupe des schizophrénies. Elle s’installe chez l’adulte (généralement après 35 ans), chez des sujets qui, auparavant, avait une personnalité marquée par une hyperémotivité. Un état délirant s’installe progressivement, généralement après des échecs ou des déceptions: le sujet commence à interpréter d’une manière négative le monde qui l’entoure. Il perçoit correctement la réalité, mais il met un sens négatif, c’est à dire ,comme s’il y a un mécanisme défectueux d’interprétation pour ces personnes.

Par exemple, les mots, les expressions faciales, les gestes de son entourage seront interprétées comme des signes de mépris et d’hostilité envers lui. Les thèmes de l’illusion, c’est-à-dire, le contenu des interprétations concernent des idées de persécution, des préjugés et du mépris dans lesquels le sujet se considère victime, ou considère comme violation des valeurs morales. le délire est généralement limitée à un cercle proche du patient (famille, amis, collègues, voisins, etc.) Il est vécu douloureusement en solitaire.

Contrairement à ce qui se passe dans d’autres types de paranoïa il n ‘y a pas de réaction d’ agressivité à l’égard de son environnement ,avec peu de réactions bruyantes sans danger face à autrui . Le risque de suicide existe pendant les épisodes dépressives et même après une tendance favorable, les signes sont susceptibles de réapparaître avec une nouvelle déception rencontrée.

Personnalité sensitive

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié