/*

Le comportement sexuel chez l’homme

Vous êtes ici : Accueil » Sexualité psychologie » Le comportement sexuel chez l’homme
Le comportement sexuel chez l’homme

Introduction :

La sexualité est à la base même de la société, une espèce asexuée peut engendrer une colonie mais en aucun cas elle donnera une société.
Avoir une sexualité satisfaisante est essentiel pour assurer la pérennité d’un couple. C’est un important facteur de bien-être physique et psychologique.
Quels que soient les aspects de la sexualité : poétiques, romantiques, moraux ou sociaux, les réactions sexuels comportent toujours des changements physiologiques observables.

Le cycle de la réponse sexuel se réalise en quatre phases : l’excitation, le plateau, l’orgasme et la résolution (période réfractaire). Ces phases offrent un cadre référentiel pour bien décrire les réactions de l’organisme humain au long du processus sexuel.

Bien que nous allions écrire en début les réactions et les modifications de l’organisme, cette description ne constitue pas la norme à atteindre vu d’autres facteurs qui peuvent influencer ce comportement sexuel comme par exemple la fatigue, l’état de santé, l’humeur…

Phase de l’excitation :

Elle commence par des premières stimulations sexuelles et elle dure quelques secondes à quelques minutes selon l’intensité et l’efficacité de la stimulation sexuelle et elle peut être interrompue.
Les caractéristiques physiologiques à ce moment se caractérisent par une tension musculaire, une tension artérielle, une augmentation du rythme cardiaque se qui facilitent le rapprochement des testicules du bassin.
Cette phase se caractérise par son importance dans le déroulement de la rencontre sexuel parce qu’elle prépare l’esprit et l’ensemble du corps à des contractions plus intenses. L’empressement risquera, certes, de nuire à cette préparation de l’organisme.

Phase en plateau :

Si la stimulation sexuelle se maintien efficacement, c’est au cours de cette phase que l’excitation atteint son apogée. L’état de tension musculaire s’accroît très rapidement et augment le désire sexuel.
Le volume de pénis augmente, ces glandes s’activent et laissent écouler le long du l’urètre quelques gouttes d’un fluide lubrifiant. Ainsi le volume des testicules s’accroît en remontant vers le bassin.
Cette phase prépare l’organisme à atteindre l’orgasme: la tension neuromusculaire sera élevée, la dépense d’énergie est généralement très grande.
Les deux partenaires n’atteignent pas nécessairement ce haut niveau en même temps et dans ce cas l’un de deux va se sentir frustré (e) et paniqué (e), c’est pour cette raison, la communication devient un élément primordial afin de facilité les ajustements ultérieurs et de diminuer la frustration.

Phase de l’orgasme :

Elle consiste à une série de contractions rythmés et rapprochés déclanchement le relâchement rapide des tensions neuromusculaires. L’imminence de l’orgasme est ressentie lorsque l’éjaculation du sperme semble inévitable et ne peut pas être retenue. Les contractions qui ont eu lieu tout au long du pénis entraînent une forte expulsion du sperme.
Mentionnons que l’éjaculation et l’orgasme sont deus processus nettement différents bien qu’ils se produisent presque au même temps et que chacun d’eux puissent se produit sans l’autre.

Phase de résolution :

C’est l’acheminement des organes vers la détente. Cette phase se caractérise par le retour à l’état normal des muscles et de tous les tissus, cette détente demande quelques dizaines de minutes à quelques heures ; sa durée est proportionnelle à la durée de l’excitation si cette dernière était lente, la phase de la résolution a plus de chance de l’être et vice versa.

Les troubles psychosexuels :

Un sujet sain c’est celui qui obtient une satisfaction physique et psychique (orgasme physique et psychique) au cours de relations hétérosexuelles.
Les hommes peuvent avoir des problèmes avec leur sexualité, ce qui peut avoir d’importantes conséquences dans leurs relations avec leur partenaire. Les plus importantes sont l’éjaculation précoce et de l’impuissance.

L’éjaculation précoce :

c’est le fait d’éjaculer quelques minutes de la pénétration. La cause du trouble réside dans son incapacité à contrôler le réflexe qui le pousse à éjaculer. Cette situation est très frustrante pour la partenaire qui souvent a besoin d’un temps plus long pour arriver à l’orgasme.
L’éjaculation précoce peut être traitée. L’homme qui en souffre devrait le reconnaître comme un problème et consulter un sexologue ou un psychologue.

L’impuissance :

se caractérise par l’absence d’érection, d’où l’impossibilité d’avoir des rapports sexuels. Elle constitue le problème le plus dramatique pour un homme. Les causes de l’impuissance, qui sont nombreuses, peuvent être d’ordre psychologique, hormonal, social ou médicamenteux. Les conséquences de l’impuissance sont importantes pour l’homme qui se sent inutile.

Au niveau du couple, l’impuissance peut être source de conflits conjugaux permanents, d’infidélités de la partenaire, et même conduire au divorce.
L’impuissance de même que l’éjaculation précoce ne doivent plus être des sujets tabous. Les hommes qui en souffrent doivent consulter un médecin qui entreprendra les examens nécessaires, car plus le traitement commence tôt, plus les chances du guérison sont grandes.

Le comportement sexuel chez l'homme

3 Responses to "Le comportement sexuel chez l’homme"

  1. webmaster1  8 février 2012 at 10 h 57 min

    Les préliminaires sont une étape á ne pas bruler. On entend et on lit beaucoup que pour retarder l’éjaculation précoce, la solution est de prolonger les préliminaires. Certains hommes qui ont du mal á contrôler leur excitation et éjaculent pendant les préliminaires avant même la pénétration. Pour apprendre á contrôler cette excitation, il faut suivre des exercices de rééducation sexuelle qui vous apprenne á régulariser le niveau d’excitation et á prolonger l’acte sexuel. La méthode «pas á pas» de http://www.ejaculationcontrole.com est composée d’exercices quotidiens illustrés de vidéos qui vous aide á retrouver le contrôle total sur vos éjaculations.

    Répondre
  2. mahamadou  19 septembre 2012 at 22 h 02 min

    Bonsoir Docteur!
    Je souffre d’une fistule anale depuis plus de 9 ans et c’est seulement l’annnee que je l’ai su.Au paravant je pensais que c’etait des hemorroides.J’ai beaucoup peur de la chirurgie dont vous conseillez sur le net.
    Il est vrai qu’en terme de satisfaction,je n’arrivais pas a satisfaire ma partenaire et le plus souvent j’ai des ejaculations precoces.En fait je voudrais savoir si la fistule peut conduire au cancer?

    Répondre
  3. Sall  24 octobre 2012 at 22 h 27 min

    est-ce normal de faire des rêves à 27ans et d’éjaculer

    Répondre

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié