Délinquance juvénile

Vous êtes ici: Psychologie et coaching >>ENFANCE >> Délinquance juvénile

Délinquance juvénile

 Délinquance juvénile

Délinquance juvénile 300x243  Délinquance juvénile

Le terme se réfère à un mineur antisocial ou illégal pour un enfant ou un adolescent. La plupart des systèmes de justice de l’Ouest ont des procédures spécifiques pour traiter les dossiers juridiques des mineurs, mais comme la délinquance juvénile.Au début du vingt et unième, les crimes mineurs reçoivent une importante attention médiatique et les politiciens intéressés.

La quantité et le type de la délinquance juvénile ne peut servir d’indicateur de la morale et l’application des lois dans un pays. Par conséquent, ils peuvent provoquer une ‘panique morale’. Il existe différentes théories sur les causes de la criminalité, qui s’appliquent souvent à la délinquance juvénile. intérêt particulier pour cette criminologie, car la plupart des crimes sont commis par des personnes entre 15 et 25 ans. En outre, comme souvent à sa première infraction, un mineur délinquant serait plus facile de «redresser» un criminel qui a fait plusieurs infractions.

Beaucoup de jeunes délinquants souffrent d’un trouble mental et ne sont pas nécessairement diagnostiqué. Ce diagnostic peut être utilisé pour corriger leur comportement criminel.

Outre le manque de sièges, il a été, a déclaré lundi le ministre flamand de l’aide à la jeunesse Vanackere afin de mieux respecter les différentes façons de travailler avec l’accord de personnes.Les jeunes consiste en la construction du centre (126 places pour mineurs néerlandais) les prisons de Tongres (34 Everberg sièges néerlandais) et Saint-Hubert (50 places en français) et de construire un centre fédéral fermé pour un maximum de Achêne 120 jeunes francophones.Deux drapeaux de la prison de Saint-Hubert, isolés et indépendants de la prison sera construite l’an prochain, avec le travail de Tongres. Pour Achêne, le délai est fixé à 2012.

En Communauté française, le nombre de places fermées pour mineurs (IPPJ fermées comprises) à partir de 85 actuellement à 120 en 2009 et 240 en 2012, près d’un triplement en 4 ans. Une simple augmentation du nombre de sièges dans un centre de détention ne résout pas le problème complexe de la délinquance juvénile ont convenu les signataires.

Vidéo: Délinquance juvénile

2 Responses to "Délinquance juvénile"

  1. salma140  9 février 2012 at 15 h 49 min

    ok

    Répondre
  2. lattah  2 novembre 2012 at 10 h 59 min

    que pense francois hollade de la délinquance juvénile en france

    Répondre

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié