Analyse psychologie

Analyse psychologie

psychologie1 300x300  Analyse psychologie

psychologie médicale, elle tente de comprendre comment la psyché humaine de la maladie, le patient et le médecin. Le champ de cette discipline est donc plus large et différent à la fois.

Les maladies psychosomatiques et les plaintes somatiques sont que le début et la progression peut être attribuée en partie à l’inconscient de troubles mentaux.

Il s’agit principalement de l’asthme, l’eczéma, la rectocolite hémorragique, certains d’hypertension artérielle. Les causes de ces maladies sont variés, mais à chaque fois, un facteur psychologique, entre autres, peuvent être incriminés.

Pour le grand psychiatre Henri Ey, «la psychiatrie est la branche de la médecine qui est à la pathologie de la vie de relation, le niveau d’intégration qui assure une autonomie et d’adaptation de l’homme dans les conditions de son existence. (…) Le psychiatre n’est ni un policier, ni un militant politique, un médecin …’.

Pour Perlemuter, ‘la psychiatrie est la spécialité médicale qui met l’accent sur les modifications pathologiques de l’activité cognitive du cerveau et d’intégration, de thym ou de l’humeur et l’émotion. Il supporte non seulement les troubles intellectuels et caractériels de l’individu mais aussi la rupture de la relation qu’il établit avec son entourage. ‘

Lorsque le patient vient de se voir, le psychiatre cherche à définir les symptômes qui ont conduit à la consultation: leur façon permanente ou intermittente, l’existence de fond etc identiques.

Dans la plupart des cas, le patient est conscient de ses problèmes, mais il peut être difficile de les exprimer comme des manifestations névrotiques sont souvent jugés par le sujet comme totalement absurde.

Parfois, le patient présentant des symptômes somatiques et le médecin de diagnostiquer des troubles psychologiques mais parfois du mal à faire accepter. D’autres fois, le patient consulte, persuadée d’être normale, oublieux de ses peines, poussés au désespoir par ses problèmes relationnels avec son entourage.

Le psychiatre doit alors trouver la structure de caractère de l’anxiété des patients, relation de dépendance vis-à-vis de l’environnement, immaturité affective, la sensibilité aux frustrations d’ordre névrotique. retrait émotionnel désintérêt, évoquent une telle dissociation schizophrénique. Paranoid structure est connu avant que l’austérité de la vie, l’obéissance à des règles strictes, l’attitude de méfiance.

tendances mythomaniaque sont reconnus par les difficultés de recouvrement, la tendance à minimiser les problèmes et les rôles de prestige.

Lorsque le patient est vu par le psychiatre à la demande de l’entourage, le premier patient est différent et nécessite une manipulation minutieuse. Souvent, le patient nie et conteste la description de la maladie est faite.

La timidité se réfère à une inhibition névrotique, l’hystérique adopte une attitude de séduction. Un problème est la peur de la schizophrénie contact précoce. La psycho paranoïaque: il apporte son dossier médical, en prenant des notes, etc.

Ils confirment le diagnostic de troubles psychiatriques en raison de leur négativité en particulier en ce qui concerne l’électroencéphalogramme (EEG), la tomodensitométrie et imagerie par résonance magnétique.

Elles peuvent être globales ou partielles, et se manifestent par une perte de capacité intellectuelle dans l’orientation sens large dans le temps et l’espace, la compréhension du langage, etc.

Les événements perte globale d’intérêt immédiatement ou progressivement toutes les fonctions intégratives, cognitives et la mémoire de l’intelligence:

Par définition, ce sont des maladies de la personnalité, la gravité mineure, ne comportant pas de graves problèmes de comportement et ne nécessitent pas d’hospitalisation (internement).

Névroses exprimées par des troubles dans lesquels les patients sont conscients et dont la présence est liée à un traumatisme psychologique (récentes ou anciennes).Le sujet névrosé a une perception exacte de la réalité qui l’entoure, son état, il peut décrire en général.

sujets psychotiques avaient une perception fausse de la réalité (délire) et le monde autour him.He interprète les éléments du monde extérieur dans un sens.

déséquilibre psychologique est défini par l’acte. De troubles de l’enfance sont évidents: le mensonge, le vol, la fugue prélude à la délinquance. Le problème de la responsabilité pénale est bien sûr au premier plan.

Le psychopathe sujet est incapable de résister à ses pulsions, quelles qu’elles soient. Il fonctionne immédiatement, sans penser aux conséquences de son acte, qui d’ailleurs n’ont pas d’importance pour lui. Il n’a pas la capacité d’anticiper, de prévoir. Il est souvent dangereux pour la société. C’est une des raisons de douter de l’effet dissuasif de la peine de mort.

Ils effectuent des plaisirs active ou fantasme régressif qui remplacent l’exercice normal de l’acte sexuel et de son application génitales:

Ce concept s’est progressivement imposé sur les psychiatres pour décrire les sujets qui, par leur manière, leur comportement et leur style de relation ont été significativement différentes personnalités dites normales ou régulières prévues sans présenter de symptômes d’un trouble mental caractérisé.

Pour Schneider, les ‘troubles de la personnalité sont purement quantitative déviations de la personnalité, statistiquement rares et dont les attitudes et les comportements sont une cause de souffrance pour le sujet lui-même ou son entourage.’

 

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié